Hervé THIS: Gaspacho, œuf à 65 degrés, saumon à basse température, sablés « plus que parfaits »…

Si Hervé THIS aborde le plus souvent la cuisine sous l’angle physico-chimique, voire celui de la gastronomie moléculaire, il n’en réalise pas moins parfois des recettes basées sur ses inventions dues à ses découvertes scientifiques analysées par spectroscopie de résonance magnétique nucléaire.

Ainsi est né ce repas dit « de laboratoire » qui met en exergue quelques jolies et novatrices préparations culinaires…

Notre repas de laboratoire

Posted: 22 Jul 2021 11:15 AM PDT by Hervé THIS

Nous  venons d’avoir un repas de laboratoire pour le groupe de gastronomie moléculaire élargi. J’en profite pour donner les recettes que nous avons inventées pour l’occasion.

Tout a commencé par l’observation du fait que les stagiaires de notre groupe sont souvent interrogés par leurs amis ou famille à propos des activités qu’ils ont, avec ce fantasme que nous passerions notre temps à faire de la cuisine.
En réalité, nous passons notre temps à faire de la physico-chimie, c’est-à-dire à préparer des échantillons dont la masse ne dépasse pas le milligramme (cela ne nourrit  pas son homme) et à les analyser par spectroscopie de résonance magnétique nucléaire,  par exemple.

Nos amis disent donc à leur entourage qu’il n’y a pas de cuisine dans le groupe de gastronomie moléculaire, sauf peut-être pendant deux heures par mois, lors des séminaires de gastronomie moléculaire.

Reste qu’ils m’interrogent sur les inventions que je donne chaque mois depuis plus de 20 ans à mon ami Pierre Gagnaire . Ne pourrions-nous pas faire un repas où nous réaliserions certaines de ces inventions ?
La réponse est évidemment oui, à cet inconvénient près que nous sommes très peu outillés, avec trois fois rien en matière de récipients ou de casseroles. Nous avons un four et cela nous sauve (en réalité, c’est un four expérimental, équipé d’un  nez électronique).

Tout cela étant dit, pour faire plaisir à mes amis, j’ai donc accepté l’idée que nous fassions un repas de laboratoire. Et nous l’avons fait : les stagiaires ont cuisiné des plats fondés  sur certaines de mes inventions.

Le menu comportait les plats suivants :

1. Un gaspacho surmonté d’une mousse de Bloody Mary.
2. Un œuf à 65 degrés assorti d’un debye de lait d’ail.
3. Un saumon à basse température, avec un gauss de sarrasin courgettes et champignons, accompagné d’une crème d’échalotes et de ciboulette.
4. Des sablés « plus que parfaits » avec un sorbet à la pêche, un gibbs au café et une mousse d’expresso et whisky.

Donnons maintenant les recettes de toutes ces préparations

1. Premièrement,  pour le gaspacho, nous avons simplement mixé des tomates avec une demi échalote, une demi gousse d’ail, du sucre, du sel, un peu de caramel, un peu d’acite tartrique, et de l’huile d’olive.
Pour le bBloody Mary, c’était effectivement un Bloody Mary,  à savoir des tomates mixées additionnées de vodka, d’acide citrique, d’un peu de sucre, de sel… mais l’ensemble avait été mis dans un siphon, avec une demi cuillèrée de protéine (de blanc d’oeuf), secoué et ajouté sous la forme d’une mousse au-dessus du gaspacho, juste au moment de servir.

2. Pour les oeufs à 65 degrés, rien de plus  simple : la boite d’oeufs, vaguement ouverte, a été mise  dans un four à 65 degrés pendant deux heures. Puis, au dernier moment, on a cassé les oeufs dans les assiettes.
Pour le debye, nous avons commencé par faire bouillir longuement des gousses d’ail dans du lait. Nous avons assaisonné, et nous avons laissé refroidir avant d’ajouter 10 grammes par litre d’agar-agar. Puis nous avons de nouveau porté à ébullition, et quand, après le refroidissement, nous avons obtenu un gel ferme, nous l’avons mixé dans une bonne ville d’olive,  en ajoutant quelques gouttes de l’évocation Hertzon de la société Iqemusu :  il s’agit de 1-cis-hexèn-3-ol,  qui a une merveilleuse odeur d’herbe fraîchement coupée.

3. Pour le saumon, il était mis dans le four, peau dessus (afin d’éviter de sécher) et cuit à la  température de 70 degrés pendant également quelques heures. Peu  de travail, donc,  mais je peux vous assurer que le résultat était exceptionnel.
La crème d’échalotes et ciboulette était simplement obtenue par cuisson d’échalotes dans du vin blanc que l’on réduisait presque à sec ; puis, après ajout d’acide tartrique, de glucose, nous avons ajouté de la crème liquide, réduit à consistance, puis infusé de la ciboulette.
Le gauss, lui, était obtenu de la manière suivante : nous avons étalé un film plastique alimentaire sur le plan de travail, puis nous avons couvert le film avec des galettes de blé noir ; nous avons alors badigeonné les galettes de beurre noisette. Puis nous avons couvert avec de très minces lamelles de courgettes, badigeonné à nouveau de beurre noisette, couvert de lamelles très minces de champignon de Paris, badigeonné à nouveau. Enfin, nous avons replié le tout en deux, puis en deux, puis encore en deux une ou deux fois. Nous avons bien serré le film, et l’ensemble a été mis au grand froid pour durcir. Au moment de servir, nous avons coupé des tranches qui laissaient apparaître la succession de couches.

4.  Pour le sorbet, peu de travail : un sirop de pêche additionné de vodka et un peu assaisonné, puis additionné d’azote liquide.
Pour les sablés, de la farine torréfiée (à sec, dans une poele), puis du caramel, du beurre noisette, du sucre, et très peu de blanc d’oeuf (en réalité, eau et protéines de blanc). L’ensemble a été formé en petites masses cuites pendant 14 minutes à 200 degrés.
Enfin, nous avons fait un gibbs de café en partant d’eau, de protéines d’oeuf, où nous avons émulsionné de l’huile que nous avions stockée pendant quelques jours avec du café moulu. L’émulsion était mise dans des verres, lesquels étaient passés quelques dizaines de secondes au four à micro-ondes, jusqu’à gonflement. Sucre, whisky, puis un expresso additionné de sucre et de protéines de blanc d’oeuf, dans un siphon, pour une mousse sur le gibbs.

 

THIS Hervé 

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *