Encore une histoire de pot au feu by Hervé THIS

Encore des questions de pot-au-feu

Posted: 18 Jan 2021 09:49 AM PST by Hervé THIS

Dans un billet précédent, je discutais l’écumage du pot-au-feu, mais rapidement, et sans dire  qu’il y a des moyens modernes, rapides et efficaces d’écumer : par exemple à l’aide de frittés de laboratoire, des sortes d’entonnoirs avec un filtre en verre, des trous de taille bien déterminée, et que l’on utilise en conjonction avec des trompes à vide, qui accélèrent la filtration. Ces système donnent des résultats bien meilleurs que l’écumage classique, qui, lui, prends des heures et nécessite de surcroît une clarification ultérieure.Mais, surtout, je disais précédemment, rapidement, que la question de l’équipage s’inscrit dans le cadre plus général de la confection du pot-au-feu. Et là, il faut considérer les choses différemment  : à savoir que l’objectif est de produire une bonne viande et un bon bouillon, certes clair.

Partons de la viande, puisque c’est la matière essentielle et coûteuse de l’ensemble. C’est souvent une viande de bœuf, une viande à braiser comme l’on dit, c’est-à-dire une viande qui est si dure initialement qu’elle ne peut être griller. Elle contient souvent beaucoup de tissu collagénique, cette matière qui rend la viande dure… mais qui libère  beaucoup de gélatine lors d’une cuisson prolongée.
Or  une viande initialement dure que l’on cuit peu de temps devient encore plus dure, quasi inmangeable. En revanche, cette même viande se défait, si elle est cuite très longuement dans l’eau (plusieurs heures ou plusieurs jours), parce que ces longues cuissons dissocient le tissu collagénique, permettant aux fibres musculaires de se séparer les unes des autres.
Il y a deux façons de faire cela  : soit a plus de 100 degrés, soit à moins de 100 degrés. À plus que 100 degrés, l’intérieur des fibres durcit, de sorte que la viande semble sèche quand les fibres se séparent. C’est le signe des mauvaises pot-au-feu. En revanche, quand on cuit à moins de 100 degrés, par exemple à 65, ou 70, alors la cuisson est plus longue, mais l’intérieur des fibres ne durcit pas, et l’on obtient finalement une viande qui peut se manger à la cuillère tant elle est tendre… et c’est là le résultat qu’il faut atteindre. Bien sûr, c’est plus long, mais c’est tellement mieux du point de vue gustatif : la dégradation du tissu collagénique libère de la gélatine, qui donnent une consistance améliorée, et la dégradation libère aussi des acides et des peptides, qui contribuent au goût :  le bouillon devient absolument merveilleux en même temps que la viande s’attendrit.

Évidemment, dans une telle cuisson, il n’y a pas d’agitation de l’eau, et l’écume éventuelle peut se former à la surface, se rassembler sans être dispersés au point d’imposer ensuite une clarification. D’ailleurs, on voit bien un bouillon parfaitement clair, et parfois même sans écume.

La viande dans l’eau froide ? Ou dans l’eau chaude ?

Peu importe !

Hervé THIS

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *