Gastronomie: Qui a la charge de la preuve ? (Hervé THIS)

Qui a la charge de la preuve ? Celui qui soutient une thèse !

Posted: 08 Feb 2021 11:59 PM PST

Au fond, il y a quand même un peu lieu de s’étonner à propos des indications techniques que donnent certains cuisiniers,  ar exemple à propos du fait que la viande serait cautérisée quand elle est saisie. En réalité,  on sait bien qu’il n’en n’est rien, car quand on soulève un steak qui était grillé, après qu’on l’a posé sur une assiette, à la sortie de la poêle, on voit bien qu’il repose sur sur une mare de jus : je ne sais pas bien ce qu’est une « cautérisation » (mais mes amis qui utilisent ce mot le savent-ils mieux que moi ?), mais nous voyons tous parfaitement que, cautérisation ou pas, nous avons la preuve que les liquides sont sortis et que cette sortie n’a pas été évitée par le fait de saisir la viande.
La question que je pose aujourd’hui est savoir pourquoi on nous serine de telles erreurs avec autant d’imprudence ou d’impudence. Et je m’étonne aussi que l’on   doive aujourd’hui faire tout notre possible pour réfuter ces erreurs, alors qu’il aurait été plus naturel que ceux qui prétendent l’existence de la cautérisation des viandes saisies en apportent la preuve (et ils n’auraient alors pas pu le faire). Bref, pourquoi, dans un milieu pourtant techniques, dit-on parfois n’importe quoi ? Pourquoi  cause-t-on ainsi dans le vide depuis des siècles ? Pourquoi n’a-t-on pas établi les faits auparavant ?
Bien sûr, les anciens avaient des excuses, puisqu’ils n’avaient pas la notion de molécules que nous avons aujourd’hui, ils ignoraient les vrais mécanisme de la capillarité ou de l’osmose, ils ignoraient la constitution des viandes… Mais quand même, il y en a eu beaucoup, qui, plus récemment, alors que ces connaissances sont disponibles (mais il faut reconnaître que c’est du « travail » d’aller les chercher) ont raconté n’importe quoi avec un aplomb extraordinaire.
Oui, il nous faut détester l’argument d’autorité ! Il faut détester ceux qui, réputés compétents par une communauté ou par eux-mêmes, se sont laissés aller à dire plus qu’ils ne savaient, car cela est de la prétention.
Après vingt ans de séminaires de gastronomie moléculaire, nous avons eu très fréquemment l’occasion de voir que le milieu culinaire n’a qu’exceptionnellement fait des expériences de comparaison, avec un seul facteur changé, et des procédés rigoureux : pesée, mesures de temps, de température, de pH, observations au microscopes.
Les cuisiniers sont pour certains des artistes, et leur question est le bon, donc le beau à manger, pour lequel il n’y a rien à discuter, mais quand ils vont sur le terrain technique, ils ont intérêt à être prudents, car que peut penser leur entourage s’ils se mettent à divaguer ?

Mais il y a des raison d’être optimistes : depuis une dizaine d’années, les professeurs de cuisine sont formés à la technologie. On leur apprend à faire des expériences, et ils apprennent cela à leur élèves. Oui, ayons confiance : la prochaine génération de cuisiniers français sera techniquement plus assurée que la précédente !

Restera la question de l’Art !

THIS Hervé

by Hervé THIS

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *