Lyon: les marchés redémarrent doucement et célèbrent le printemps…

Lyon: les marchés redémarrent avec fruits et légumes printaniers…

Alors que la phase 2 du déconfinement va débuter dans 3 jours, le 2 juin 2020, les marchés de Lyon redémarrent en version traditionnelle.

Certes, il est recommandé aux clients de porter un masque et de respecter les gestes barrières, mais le retour aux jours habituels est de mise à présent, avec son lot d’incivilités !

Enfin presque, car l’affluence n’était pas de mise ce samedi matin 30 mai à Saint-Antoine, ni dimanche à la Croix-Rousse. Les revendeurs qui hier pleuraient que les marchés étaient fermés, pleurent aujourd’hui que les clients ne sont pas au rendez-vous !

 

IMG_3596

Samedi 30 mai: Marché Saint-Antoine la foule n’est pas au premier rendez-vous de week-end

 

IMG-3740

Croix-Rousse dimanche 30 MAI: petite affluence également !

Par contre, Mauricette la productrice iséroise d’asperges (de concours gastronomique !) et de cerises se félicitait d’être de retour sur le marché  et de pouvoir converser avec ses clients après 2,5 mois d’abstinence.

DSC_0346

Les asperges 5 étoiles de Mauricette !

Certes, Mauricette grâce à Vincent Estrade du Quai  (Saint-Vincent) des Oliviers avait pu dans les derniers temps faire du Click & Collect…

DSC_0357

Associé fondateur de la Boutique Le Quai des Oliviers, Vincent Estrade mérite une médaille. Grâce à lui (et son ami Sébastien Gorse pour l’informatique ), il a mis en place un click & collect gracieux à disposition des petits producteurs des environs www.http://producteurs-drive.com

Par ailleurs, on devine aisément que la réouverture des bars, cafés et restaurants est très proche. N’en prenons pour preuve que l’ouverture des portes pour aérer leurs lieux de convivialité et surtout pour nombre d’entre eux l’installation des terrasses.

 

Des terrasses dont les contraintes administratives seront, semble-t-il, un peu plus souples, en particulier pour la possibilité d’installation de table sur les trottoirs.

IMG_3640

La Mère Léa: les tables ont été espacées

Ce qui est par exemple le cas chez La Mère Léa de Christian Morel et Christian Têtedoie, où l’on a déjà préparé sa distanciation des tables dans le restaurant et où l’on finit l’installation de sa terrasse.

 

IMG_3613

La Mère Léa prépare sa terrasse…

IMG-3626

… et respecte le protocole sanitaire

Sinon, la saison des fruits et légumes et autres gourmandises de producteurs des environs est désormais de mise, avec les cerises des Monts du Lyonnais, les fraises des environs, les courgettes jaunes, les asperges, mais aussi les fromages de chèvre qui sont actuellement en pleine période de mise-bas, donc de lactation.

IMG-2993

Alors bon appétit et surtout profitez des bons produits de nos petits producteurs des environs, tout en respectant les gestes barrières, car le virus est loin d’être mort !.

IMG-3317

Michel Godet

IMG-3406

Le Professeur Reynier de l’Institut ( des sciences clavologqiues…) vient d’inventer la poignée de mains spéciale Protocole Sanitaire ! Brevet en cours…

Pour information trouvez ci-après notre interview (daté du 27 mai) de Fouzya Bouzerda, adjointe au maire de Lyon en charge des marchés à Lyon:

Réouverture progressive et attentives  des marchés alimentaires lyonnais

Qui dit pandémie, ne dit pas interdiction de manger ! On pourrait même dire plus, la fermeture des restaurants, le confinement des concitoyens chez eux, la fermeture des marchés alimentaires dans un premier temps, pour les occuper, mais aussi l’occupation des enfants en particulier avec la réalisation de nombreuses recettes ont nécessité un impérieux besoin de produits de base. Une nécessité qui a même entraîner des pénuries, pour ne parler par exemple que de celle de la farine.

Si quelques magasins ont rapidement réouvert, particulièrement dans la sphère bio, et si de nombreux « petits producteurs » ont organisé des drive ou des Click & Collect, avant que les premiers restaurateurs las ne se mettent à vendre des plats à emporter selon la même formule, restait à régler le problème des marchés alimentaires, dont la réouverture correspondait largement à l’attente des lyonnais.

Dès le 4 mai, la ville de Lyon a permis une réouverture aussi progressive qu’encadrée des seuls marchés alimentaires avec quelques revendeurs seulement avec sens obligatoire, panneaux d’affichage et autres services de sécurité.

Mais n’est-il pas vrai que les commerçants ne comprenaient pas alors que les marchés soient fermés et pas les Halles de Lyon Paul Bocuse par exemple.

Le bilan satisfaisant de la semaine du 10 mai avec la tenue expérimentale de 23 marchés a donc quelque peu débloqué la situation.

Dès le 18 mai donc et suite aux autorisations préfectorales, ce sont 49 marchés supplémentaires qui ont été à nouveau ouverts, portant le nombre total à 72 avec, toujours comme règle, une autorisation de marché aux seuls commerçants alimentaires abonnés du jour de tenue.

Barriérage, flux de circulation, distanciation, port du masque recommandé, protection des fruits et légumes étant de mise, quand bien même on notait fin mai un net relâchement des uns et des autres, pour ne citer que le marché Saint-Antoine et ses 24 vendeurs.

On aura compris que les marchés de produits manufacturés, de livres anciens, d’artisanat et métiers d’art, de timbres ou encore de chiens et chats sont toujours fermés. A priori jusqu’au 2 juin.

IMG-3840

Cerises, clafoutis…

 Fouzya Bouzerda : «Organiser les conditions de la sécurité sanitaire »:

Chargée du commerce, de l’artisanat et du développement économique de la ville de Lyon, Fouzya Bouzerda décrypte la position de la ville quant aux marchés alimentaires lyonnais et de tancer tout de go « C’est le déconfinement, mais nous sommes toujours en crise sanitaire !»

Et l’adjointe d’abonder :  «Certes les marchés ont été fermés brusquement pour cause de difficultés à gérer les règles sanitaires, malgré la mise en œuvre de leur réouverture à titre dérogatoire dès le 4 mai avec un accord préfectoral ».

L’objectif affiché étant de rouvrir progressivement d’abord les marchés alimentaires en évoluant sur la temporalité (la semaine, ensuite les WE), puis l’ensemble des 134 marchés hebdomadaires de la ville à fin mai pour juguler l’impact économique induit  et surtout de ne pas mettre les gens en danger.

«Notre responsabilité, c’est d’organiser les conditions de la sécurité sanitaire selon un protocole déterminé en consensus avec tous les acteurs. Bien que non obligatoire, nous préconisons le port du masque pour rappeler que la pandémie est toujours présente. Il faut aussi que les clients soient responsables, ne se collent pas les uns aux autres, ne touchent pas les fruits et légumes et jouent la fluidité des déplacements, tout en privilégiant les solutions alternatives : drive, click & collect ou paniers du marché ».

Et Fouzya Bouzerda de conclure : « Cette crise changera un certain nombre de comportements, mais attention au relâchement. Certes Il faut des règles mais aussi il faut que ça redémarre ».

 

 

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *