Prévisions culinaires by Hervé THIS

Prévisions culinaires

Posted: 18 Apr 2021 01:12 AM PDT by Hervé THIS

 Que peut-il bien se passer…
Nous sommes bien d’accord : avant d’avoir fait une expérience, on n’a que des hypothèses. Et ceux qui comprennent bien le mécanisme de la recherche scientifique savent combien un scientifique est plus intéressé de voir ses prévision réfutées que confirmées.
Pour autant, la science produit quand même des théories extraordinairement précises, et c’est pourquoi il y a peu de doute dans les suivantes :

1. Que se passe-t-il quand on met un échaudé (pensons gnochi, par exemple) au four ?
Un échaudé, cela peut être de la farine et de l’oeuf, possiblement additionnés de matière grasse (beurre), de fromage, etc., que l’on fait tomber dans de l’eau bouillante : l’oeuf coagule, et le « pochage » produit donc une « poche », à savoir une couche externe coagulée, qui enferme le reste de la préparation, laquelle peut aussi coaguler ; la farine s’empèse.
Au four après le passage à l’eau bouillante ? La partie externe séchera, et l’on aura le même produit, mais avec une croûte externe. Possiblement un soufflage, et, donc des fissurations.

2. Un échaudé que l’on frit ?
Il y a deux cas : la pâte à échaudé que l’on frit, sans avoir échaudé (et le nom est donc erroné), ou bien l’échaudé qui a été formé et que l’on frit.
Dans le second cas, on aura le même résultat que ci dessus, mais, avec une pâte à échaudé que l’on frit, ce sera… un beignet, n’est-ce pas ? De sorte que la « pâte à échaudé » peut être plus justement nommée pâte à beignet 😉

3. Peut-on frire une pâte ?
Observons qu’une cuillerée de farine dans de l’huile chaude ne fait rien de bien : les grains de farine ne sont pas solidarisés, et pourquoi le seraient-ils ?
Inversement, si l’on a déjà une structure, et notamment une structure empesée, alors le séchage de la couche externe fait une croûte dure, qui maintient la structure. Evidemment, si la préparation contient de l’oeuf cru, alors la cuisson de l’oeuf ajoute sa solidité à celle de la préparation… à condition bien sûr que l’oeuf soit initialement cru, et non cuit sans former un gel, comme dans une crème anglaise.
Mais on n’oubliera pas, aussi, le phénomène de capillarité qui fera venir l’huile à coeur, s’il y a des a porosités : rien de pire qu’un beignet mal fait, gorgé d’huile de friture, n’est-ce pas ?
Une pâte à tarte ? On peut faire des rissoles. Une pâte à choux ? Au fond, elle s’apparente à une pâte à beignets, sauf que la farine est déjà empesée. Un pâte à génoise ? Cette fois, attention à la porosité.

Et ainsi de suite.

Hervé THIS

THIS Hervé

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *