Pâte à choux: le secret par Hervé THIS !

De nouvelles questions de pâte à choux

Pâte à choux: le secret par Hervé THIS !

Posted: 09 Aug 2021 10:08 PM PDT by Hervé THIS

Ce matin, ces questions, à propos de pâte à choux :

En quoi consiste réellement  le « dessèchement » de la panade :
correspond-t-il un empesage optimal des grains d’amidon à 95 degrés, à la déshydratation partielle du mélange en vue de rajouter les œufs (eau+protéines), ou bien les deux ?

Au cours du dessèchement de la panade (température montée jusqu’à 95 degrés), les protéines de la farine ainsi que certaines protéines du lactosérum vont dénaturées. Je souhaiterais savoir si cette dénaturation est irréversible ou bien réversible avec l’ajout des l’oeufs (eau)?

Aussi, les protéines des œufs, sont-elles les seules responsables de la formation de la pellicule qui emprisonnera la vapeur d’eau, permettant ainsi le développement du choux?

Essayons de répondre, question après question 

 1. En quoi consiste réellement  le « dessèchement » de la panade :
correspond-t-il un empesage optimal des grains d’amidon à 95 degrés, à la déshydratation partielle du mélange en vue de rajouter les œufs (eau+protéines), ou bien les deux ?

Avant tout, il faut indiquer à ceux qui ne le savent pas que la première opération de préparation d’une pâte à choux consiste à faire bouillir de l’eau avec sel et beurre, puis à jeter la farine dans ce liquide bouillant, puis à travailler la pâte qui se forme, éventuellement en chauffant (« désséchement »). C’est seulement quand elle a été ainsi travaillée que l’on ajoute des oeufs entiers, en travaillant bien, et jusque la consistance soit un peu molle, mais pas coulante. On cuit alors sur plaque.
Cela dit, on peut commencer à analyser. Certes, l’opération de « desséchement » fait perdre de l’eau, et la preuve en est que l’on voit une fumée blanche au-dessus de la casserole. Je n’a pas mesuré la perte de masse… mais des amis pourraient le faire facilement.
Un empesage « optimal » des grains d’amidon ? à 95 degrés ? Le terme « optimal » est un adjectif, qui n’a pas de sens, car optimal en vue de quoi  ? Et pourquoi la température serait-elle seulement de 95 degrés, alors que l’on voit des bulles de vapeur se former, indication que la température est au moins de 100 degrés.
Mieux, je crois que le brunissement léger montre que la température est supérieure à 100 degrés, là où la pâte touche le fond de la casserole.
Ce dont on peut être raisonnablement certain, c’est que l’agitation mécanique conduit certainement à des modifications  des grains d’amidon, lesquels sont empesés quand la farine est initialement déposée dans l’eau bouillante, un peu comme quand un risotto devient crémeux parce que le travail a libéré de l’amylose et de l’amylopectine, dans la solution entre les grains de riz.
Oui, aussi, le désséchement permet sans doute d’ajouter plus d’oeufs : il est bon de se souvenir que le blanc d’oeuf apporte 90 pour cent d’eau et 10 pour cent de protéines, et le jaune 50 pour cent d’eau ; d’ailleurs, on voit bien que l’ajout des oeufs conduit à une fluidification de la pâte, et l’on pressent qu’elle ne doit pas finalement être trop liquide, sous peine de s’étaler trop.


2. Au cours du dessèchement de la panade (température montée jusqu’à 95 degrés), les protéines de la farine ainsi que certaines protéines du lactosérum vont dénaturées. Je souhaiterais savoir si cette dénaturation est irréversible ou bien réversible avec l’ajout des l’oeufs (eau) ?
Là encore, mon correspondant signale une température de 95 degrés, que je conteste. 

Les protéines de la farine ou du lactosérum dénaturées ? Tout tient dans le mot « dénaturé » : il s’agit tout aussi bien d’une petite modification des protéines qu’un déroulement complet. Et, pour répondre à la question, je propose de considérer une autre protéines que celles dont on discute ici : la gélatine. Dans l’eau chaude, les brins protéines qui font la gélatine sont certainement « dénaturés », mais c’est sans conséquence. Au contraire de protéines globulaires du blanc d’oeuf qui, elles, quand elles sont déroulées, s’attachent en un réseau  : c’est la coagulation. Pour la gélatine, le réchauffage suffit à dissocier une gelée, à la faire fondre, mais le chauffage de blanc d’oeuf coagulé, lui, ne peut pas défaire le réseau (pour cela, il faut, comme j’ai été le premier à le montrer, ajouter un composé réducteur).
Et pour en revenir aux protéines de la farine ou du beurre, je dois dire que je n’ai pas la réponse. En tout cas, on voit que ce n’est pas une question de plus ou moins d’eau dans la pâte, qui fera le changement.

3. Aussi, les protéines des œufs, sont-elles les seules responsables de la formation de la pellicule qui emprisonnera la vapeur d’eau, permettant ainsi le développement du choux?

 
Je ne crois pas que la croûte autour des choux qui emprisonne (un peu) la vapeur d’eau soit due aux protéines, mais plutôt au croûtage dû à l’asséchement de la couche de farine superficielle, les grains d’amidon empesés perdant leur eau et se soudant. Les protéines de l’oeuf, elles, me semblent surtout utiles pour la coagulation de l’intérieur, et, surtout, pour le goût.
Et je ne peux m’empêcher de comparer avec les soufflés : là, au contraire, ce sont clairement les protéines qui font la croûte… et cette croûte n’est en tout cas pas imperméable, puisqu’un soufflé de 100 grammes seulement perd 10 grammes d’eau à la cuisson (voir mon livre « Révélations gastronomiques », ainsi que mon calcul plus « universitaire » dans les Cours en ligne d’AgroParisTech.

Hervé THIS

THIS Hervé Logo

 

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *