Ne buvons-pas de neige fondue ! by Hervé THIS…

Les ions minéraux et l’organisme

Posted: 28 Oct 2020 04:19 AM PDT by Hervé THIS

THIS Hervé

Oui, je me suis publiquement engagé à ne parler ni de toxicologie ni de nutrition, mais des amis me demandent si l’on peut boire de la neige fondue… et la réponse est non.
Mais comme je me suis engagé, je me limite à donner ici un « abstract » d’un livre scientifique sur ce thème, et à en livrer ensuite la traduction en français :D’abord, ce qui a été publié par  Rosborg et al., Drinking Water Minerals and Mineral Balance pp 1-24 :

Et en voici la traduction :

Les minéraux et l’eau potable jouent un rôle important dans l’organisme. Il existe environ 20 ions minéraux essentiels pour l’espèce humaine. Ils proviennent principalement des roches terrestres et peuvent tous être présents à des concentrations élevées ou faibles dans les eaux souterraines et de surface. Les adultes de poids normal ont besoin de 2,0 à 2,5 L/jour d’eau pour s’hydrater correctement, et l’on sait depuis des siècles que l’eau peut être une source de minéraux, où ils sont présents sous forme d’ions, en général facilement absorbables. Aux XVIIIe et XIXe siècles, les Européens aisés en Europe se rendaient dans des stations thermales pour boire des eaux minérales spécifiques, contenant des niveaux suffisants d’un ou plusieurs minéraux essentiels, choisie pour des troubles de santé spécifique. D’autre part, des troubles ont été signalés  au milieu du XXe siècle chez des alpinistes ou des membres d’expéditions polaires dont la neige fondue était la seule source d’eau potable, sans aucun minéral. Les symptômes étaient dus à un déséquilibre aigu de l’eau et des minéraux et à un déséquilibre ionique de l’eau ; il s’agissait de  faiblesse,  fatigue,  convulsions, inconscience, et même la mort. Cette eau est comparable à l’eau traitée par osmose inverse (RO) et dessalée d’aujourd’hui. Il a été prouvé que de faibles niveaux d’éléments minéraux spécifiques sont à l’origine de certaines maladies et symptômes. Ainsi, dans certains districts de Norvège, les animaux domestiques présentaient des fréquences élevées de ramollissement du tissu osseux (on a identifié que les sols et les eaux étaient déficients en phosphore), et, dans certaines régions de Chine, l’incidence augmentée des insuffisances cardiaques était  due à de faibles teneurs en sélénium dans les sols et  dans les eaux. Les restes dentaires d’Amérindiens de certaines régions du Kentucky révèlent des déficiences en manganèse et en zinc, dans les sols, les eaux, le maïs cultivé. Au cours du XXe siècle, l’eau dure, avec des niveaux élevés de calcium, magnésium et hydrogénocarbonate (un effort est fait aujourd’hui pour le magnésium) s’est avérée protectrice contre les maladies, en particulier les maladies cardiovasculaires, mais aussi le diabète, l’ostéoporose et même le cancer.

Voilà : ne buvons pas trop de neige fondue !

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *