Chocolat chantilly, by Hervé This !

A propos de chocolat Chantilly, by Hervé This

Posted: 06 Apr 2019 04:51 AM PDT

J’ai inventé le chocolat Chantilly en 1995, et il est maintenant partout.

De nombreux étudiants s’y intéressent, et certains ont plus de formation scientifique que d’autres. Aujourd’hui, avec le message que je reçois, je ne suis pas certain de la représentation mentale que s’est fait mon interlocuteur, de sorte que j’utilise sa question pour donner des explications.

Pour le chocolat chantilly, vous écrivez la courbe de fusion du chocolat est assez raide, pouvez vous me donner des explications …les AG saturés solidifient entre 20 et 50 degrés. si je regarde la courbe du beurre. Comment cela intervient-il sur les bulles d’air ?

Commençons par décrire la production du  chocolat chantilly.

On part d’eau (ou d’une solution aqueuse qui peut avoir du goût, tels le thé, le café, le jus de fruits, etc., mais qui reste essentiellement composée d’eau. On y chauffe du chocolat : cette matière, qui est principalement faite de graisse et de sucre, s’émulsionne, car le chauffage fond la matière grasse, qui vient former des gouttelettes qui se dispersent dans l’eau, tandis que les petits cristaux de sucre libérés par la fonte des graisses viennent se dissoudre dans l’eau ; le chocolat contenant également des particules végétales, ces dernières sont également libérées, et viennent se disperser dans l’eau.
# Quand cette émulsion est obtenue, on pose la casserole sur de la glace ou de l’eau froide (pour aller plus vite), et l’on fouette : le fouet introduit des bulles d’air, ce qui produit une émulsion foisonnée.

Toutefois, vient le moment où la matière grasse cristallise (« fige »), ce qui augmente la viscosité de l’émulsion, et piège durablement les bulles d’air. La mousse obtenue est le chocolat Chantilly.

Que cela signifie-t-il que « la courbe de fusion du chocolat est assez raide » ? 

Cela signifie que si l’on regarde la quantité de liquide dans du chocolat, on voit que, tant que la température est inférieure à 30 degrés environ, presque toute la matière grasse  est à l’état solide ; puis quand on augmente la température de quelques degrés seulement (vers 37 °C), alors toute la matière grasse du chocolat devient liquide.

Ce comportement diffère de celui du beurre, dont la matière commence à fondre dès – 10 °C, et dont la fusion s’achève vers 55 °C.

En pratique, cela signifie que, pendant que l’on prépare le chocolat Chantilly, rien ne se passe au début du battage, mais tout d’un coup, on voit la préparation blanchir, en même temps que sa consistance change.

Avec du beurre Chantilly, au contraire, on aurait plus de temps pour poursuivre le battage, et la transformation serait plus progressive.

Comment cela intervient-il sur les bulles d’air ? 

Je crois que c’est clair : des bulles dans un liquide remontent vers la surface, sont donc peu stables, alors que, dans une matrice solide, ces bulles sont piégées.

Hervé This
 This Hervé

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *