Poitiers veut fermer ses aéroclubs ! Bravo Mme le Maire…

Va-t-elle se brûler les ailes en pleine turbulence ?

« L’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfant » : la phrase de Léonore Moncond’huy, maire écologiste de Poitiers, lors du conseil municipal du 29 mars dernier, a fait réagir les présidents des aéroclubs poitevins.

En date du 29mars 2021, la municipalité de Poitiers dont le maire est madame Léonore Moncond’huy a décidé de supprimer en deux années les subventions accordées à l’Aéroclub ASPTT et à l’Aéroclub du Poitou, respectivement présidés par Alain Martin, président de l’Aéroclub ASPTT et Jean-Marie Arnault, respectivement président de l’Aéroclub du Poitou. L’une des deux subventions ‘élevant à 4 000€.

Une décision qui, non seulement a été l’ire de nombre de pilotes et sympathisants, mais aussi qui a déclencher un énorme buzz sur les réseaux, mais aussi de la part de responsables politiques.

« Je n’aurais jamais pensé être soutenu, un jour, par Mélenchon et Le Pen », souffle Jean-Marie Arnault, le président de l’Aéroclub du Poitou.

Voulant apaiser la situation pour revenir à un temps plus calme, Jean-Luc Charron, président de la Fédération française aéronautique (FFA) a adressé au maire de Poitiers, une  « lettre ouverte », dans laquelle il évoque en particulier les milliers de collégiens qui s’investissent chaque année dans la préparation du Brevet d’initiation aéronautique (BIA), première étape pour beaucoup dans la concrétisation d’un rêve de gosse. Dans sa lettre ouverte,  la FFA propose au Maire de Poitiers, de venir lui présenter l’avion électrique qui incarne la transition énergétique dans laquelle sont engagés les aéro-clubs français.

Michel Godet

Capture d’écran 2021-04-08 à 11.19.18

Pour sa part Yannick Jadot (EELV) juge que « la politique n’a pas à s’intéresser aux rêves des Français ». « Je pense que les rêves, c’est l’intimité », a-t-il déclaré sur BFMTV, rappelant qu’il a pu « découvrir une partie de la beauté du monde grâce à l’avion ».

600

C’est à peu près le nombre de membres des deux aéroclubs poitevins. Le plus important, l’Aéroclub du Poitou, regroupe un peu plus de 500 membres, en comprenant les sections de modélisme, de planeur et de vol à moteur, pour six avions. L’Aéroclub ASPTT en compte 80, dont la moitié sont des élèves.

 

Robin DR 410 Pilotage

Madame la Maire

Beaucoup de réactions de tous bords ont été provoquées par votre intervention lors de la séance du conseil municipal du 29 mars 2021 où vous avez déclaré que : « l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfant ».

En tant que Président de la Fédération Française Aéronautique (FFA), association à but non lucratif créée le 07 décembre 1929 et reconnue d’Utilité Publique depuis 1933, qui regroupe les 600 aéroclubs français, et en tant  que délégué général du Conseil National des Fédérations Aéronautiques et Sportives (CNFAS), il me parait important non pas de polémiquer mais de vous apporter des informations sur la transition énergétique que nous avons commencée à initier ; il faut aussi souligner  l’impérieux besoin d’ingénieurs et de techniciens pour réaliser la décarbonation de notre économie en général, et du secteur aérien en particulier.

La FFA est chargée par deux Ministères (Sports et Transport) d’une mission de service public de promotion et de développement de l’aviation légère et sportive avec des thématiques qui font la démonstration de son utilité sociale.

Cette mission est conduite de manière à porter et réussir la transition énergétique tout en prenant en compte l’environnement de biodiversité qui est parfaitement préservé depuis des décennies sur la plupart de nos aérodromes, et ceci en plaçant la formation des jeunes comme priorité d’action.

En effet, ce sont les rêves d’enfants qui poussent chaque année 15.000 jeunes à préparer et à passer le Brevet d’Initiation Aéronautique (BIA) qui est un diplôme délivré par l’Education Nationale. Ce BIA, massivement préparé dans nos clubs (la FFA a elle seule en prépare plus de 9.000 par an)  est la porte d’entrée pour beaucoup de jeunes vers les métiers aéronautiques d’avenir : ce sont ces jeunes qui, conscients des enjeux de notre planète, seront bientôt les concepteurs de nouvelles solutions sobres pour l’aviation de demain.

C’est déjà le cas dans votre région en Nouvelle Aquitaine, à La Rochelle. En effet, c’est à partir de leurs rêves d’enfant qu’une équipe de jeunes ingénieurs sensibilisés et éduqués à l’écologie vient de concevoir et de certifier un nouvel avion, l’Elixir, diminuant de plus de moitié la consommation d’énergie et ce n’est que le début des innovations pour cette jeune entreprise. De nouvelles avancées technologiques sont en cours de conception.

Quant à elle, la FFA, 2ème groupement de pilotes au monde après les Etats-Unis, la plus importante des associations européennes, a commencé concrètement depuis deux ans la transition énergétique pour le compte de ses 600 aéroclubs en lançant, avec l’aide de la Direction Générale de l’Aviation Civile, le FABLAB de l’avion électrique.

Ce n’est pas un projet mais une réalité, ce n’est pas un démonstrateur, un prototype mais bien un avion de série : l’avion électrique de conception slovène, le Velis Electro, a été certifié le 10 juin 2020 et commence à être utilisé pour l’instruction dans quelques clubs. Son vol silencieux est totalement décarboné et démontre pratiquement qu’une aviation sobre en énergie fossile est possible.

Dédié à la formation, cet avion électrique léger est une première brique technologique qui ouvre des perspectives aux jeunes générations. La transition énergétique de notre aviation est donc réellement en cours de réalisation, certes la flotte est encore limitée mais nous avons initié le mouvement avec nos faibles moyens et il ne tient qu’aux politiques d’encourager et de soutenir ce type d’initiative.

Aussi, la Fédération, le Comité Régional Aéronautique et les clubs de la plateforme Poitiers-Biard vous proposent  d’organiser à Poitiers, pour vous et votre équipe municipale, une démonstration de cet avion électrique ; vous pourriez ainsi voir concrètement qu’une autre aviation est en train de naître et qu’il convient de l’encourager. Nous pourrions ainsi envisager une action locale en faveur des clubs de la plateforme pour réaliser pratiquement et immédiatement un premier pas de transition énergétique de l’aérien.  Nous pourrions ainsi montrer ensemble de manière constructive que le rêve devient réalité.

Je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien porter à cette proposition et vous prie d’agréer, Madame la Maire, mes salutations les plus respectueuses.

Jean-Luc Charron

Président de la Fédération Française Aéronautique

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *