Bruno Mallet remplace Dominique Capart à l’Inter Beaujolais (UIVB)

Flash – Au cours de son assemblée générale qui s’est déroulée à Villefranche-sur-Saône ce lundi 16 juillet 2012, L’Interprofession du Beaujolais vient d’élire son nouveau président, Bruno Mallet.

Ce dernier remplace Dominique Capart, vigneron à Jullié, qui a effectué quatre années de présidence (Deux mandats).

Verre de Beaujolais à la main, passation de pouvoirs entre Dominique Capart et Bruno Mallet

Si Dominique Capart appartenait au collège Viticulteurs, et son vice président Xavier Barbet au collège Négoce, cette année et pour la première fois depuis six ans, c’est un président du collège Négoce qui tiendra les rênes de l’Interprofession du Beaujolais.

Pour information, le nouveau président est membre du conseil d’administration depuis trois ans.

Secrétaire général de l’Union des Vignerons du Beaujolais, le vice-président Thierry Saint-Cyr (Viticulteur à Anse avec son fils sur un domaine de 22 Ha) étant donc du collège Viticulteurs.

Âgé de 42 ans et originaire de Saint-Etienne, Bruno Mallet est le directeur général des Vins Aujoux SAS (La Chapelle-de-Guinchay – 71), société dans laquelle il est rentré en 2000, comme directeur commercial.

Bruno Mallett, le nouveau président (Collège Négoce)

C’est à Suze-la-Rousse que Bruno Mallet a fait ses « humanités viti-vinicoles » (2e cycle commerce et marketing du vin) avant de prendre la direction commercial d’une structure beaunoise, « La Compagnie des Vins d’Autrefois » à Beaune.

La société qu’il dirige aujourd’hui affiche un CA de 15 millions d’euros de CA avec 17 salariés. Son CA est réparti à parts égales entre la France (GMS, CHR particuliers…) et l’export  (1er Japon, 2e Grande Bretagne…).

Et le président Mallet de remarquer: « Je comprends que la situation actuelle soit difficile, mais il faut avancer malgré tout. Je crois au Beaujolais et à l’avenir du Beaujolais… »

Il est vrai, ajoute-t-il, qu’aujourd’hui il existe une marque Beaujolais qui est très forte, que les crus doivent davantage tirer la région viticole beaujolaise vers le haut et qu’il ne faut surtout pas oublier que le Beaujolais Nouveau est une pépite qu’il ne faut pas casser. D’autre part, il nous faut discuter entre négoce et viticulture, d’une manière concrète, intelligente et constructive.

De notre envoyé spécial Michel Godet – Texte et photos

Xavier Barbet, Thierry saint-Cyr, Bruno Mallet et Dominique Capart

PS : Pour mémoire : L’Interprofession des Vins du Beaujolais réunit depuis 1959 les 12 appellations du Beaujolais, qui couvrent une superficie de 18 000 ha (Rhône et Saône & Loire)

Ce sont quelques 2 500 vignerons qui produisent annuellement 110 millions de cols. A noter également, 12 caves coopératives et 170 opérateurs de négoce.




Merci de ne pas faire de copier-coller de mes textes, photographies ou vidéos sur vos blogs. Ces derniers sont la propriété de lyon-saveurs et ne sont pas libres de droits. Toute reproduction de ce magazine virtuel, et de son contenu pour tout ou partie, (textes, photos, vidéos, charte graphique…), ne sont pas autorisés.
Si vous souhaitez vous abonner à notre Newsletter gratuite, c’est en haut et à droite de notre page d’accueil. Vous êtes les bienvenus.

De plus, n’hésitez pas à poster vous commentaires au bas de cet article dans la case prévue à cet effet…
Merci par avance
Michel Godet (Courtoisie: Photo Pierre Augros) michel.godet@gmail.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *