Viticulture européenne : L’heureuse issue d’un long combat – AREV

Viticulture européenne : L’heureuse issue d’un long combat…

« C’est une victoire des hommes de terrain et de terroir contre les idéologues »

L’AREV, Assemblée des Régions Européennes Viticoles, présidée par Jean-Paul Bachy réagit à l’accord final trouvé par les institutions européennes sur la PAC (politique agricole commune), et notamment son volet viticulture qui sauvegarde le système de régulation des plantations de vigne.

———————————————

Assemblée des Régions Européennes Viticoles

Viticulture européenne : L’heureuse issue d’un long combat

« C’est une victoire des hommes de terrain et des terroirs contre les idéologues», se félicitent Jean-Paul Bachy, Président de l’Assemblée des Régions Européennes Viticoles (AREV), et Aly Leonardy, Président de son collège professionnel (CEPV) à l’annonce de l’accord obtenu le 26 juin à Luxembourg sur le dossier OCM-Vin de la PAC.

Après des années de lutte argumentée, en lien avec les organisations de la filière viticole, les dirigeants de l’AREV se félicitent vivement du retour au principe de régulation des plantations viticoles : la révolution ultralibérale initiée par l’ex-Commissaire danoise Mariann Fischer Boel à travers la suppression pure et simple des droits de plantation prévue par l’OCM-Vin de 2008 a vécu – sans même entrer en application. Certes, il s’agira d’« autorisations de planter », et non plus de droits de plantation, mais n’importe qui, ne pourra désormais planter n’importe quoi n’importe où, comme c’eût été le cas au plus tard dès 2016 ou 2018 !

Le nouveau régime permettra, jusqu’en 2030, de gérer les plantations, pour toutes les catégories de vins, avec une limite maximale de croissance annuelle des surfaces plantées fixée à 1 %, les États membres ayant la possibilité de prévoir un seuil de sauvegarde plus bas, au niveau régional ou national.

Grâce au soutien actif du Parlement Européen, notamment de la présidente de l’Intergroupe Viticulture, Astrid Lulling, du rapporteur du volet OCM de la PAC, Michel Dantin, et du président de la commission agricole du PE, Paulo De Castro, la cause des régions viticoles a enfin été entendue. L’AREV remercie aussi tous les ministres des pays producteurs qui ont été sensibles à ses arguments et se sont mobilisés à ses côtés.

Depuis des mois, l’AREV s’est attachée à démontrer les effets dramatiques aux plans socioéconomique et environnemental qu’aurait pu entraîner la suppression de toute régulation. L’AREV a basé son action sur l’étude scientifique menée par le Pr Etienne Montaigne (Montpellier). Les conclusions de ce document n’ont manifestement pas été étrangères au revirement du Commissaire Dacian Ciolos, qui avait  reçu les responsables de l’AREV le 11 décembre 2012. Son point de vue a été déterminant.

La Rioja - Photo AREV

Be Sociable, Share this post :


Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *