Vins IGP: Très fiers de l’être avec un 2è Concours National plus que prometteur ! (Avec les résultats)

A n’en pas douter , les vins de la prochaine décennie seront des vins IGP (à indication géographique protégée). Non pas que les AOC ou AOP tombent en disgrâce, mais les IGP semble-t-il retiennent de plus en plus la faveur des consommateurs, quand bien même cette notion appellative peut paraître encore floue pour beaucoup.

(Résultats du concours en bas de cet article ! )

Malgré tout, IGP signifie déjà pour un bon nombre d’amateurs,  « notoriété » géographique et  rapport qualité-prix percutant, sans oublier la sempiternelle notion de vin-plaisir. Il est vrai que l’on a pas toujours envie de déboucher un Grand Cru, ni de l’acheter plusieurs dizaines d’euros.

Pour Thierry Lafey, président des IGP Méditerranée, le consommateur achète un vin pour son origine, son goût et ses qualités organoleptiques, mais aussi pour son prix, tout en se faisant souvent influencer par la marketing qui va autour. Un peu, beaucoup, passionnément …

Pour revenir sur la notion géographique, l’approche et l’analyse de Bernard Augé, directeur de l’IGP Languedoc-Roussillon est plutôt intéressante. Il assimile une reconnaissance des vins, bien sûr sur une zone géographique, mais implémentée par une notion patrimoniale, liée à l’Unesco.

Ainsi, l’IGP Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault) sur la route de Saint-Jacques de Compostelle, celle des Coteaux du Pont-du-Gard ou encore celle de la Cité de Carcassonne en sont des exemples probants. En effet, ne voit-on pas passer chaque année successivement 400 000, 100 000 et 800 000 visiteurs ?

Et puis au fait, le vin n’est-il pas depuis plusieurs siècles un patrimoine à lui seul, dont on retrouve ici et là des reliques et autres amphores ?

Et Bernard Augé d’insister: « Au delà de cette approche patrimoniale, nous pouvons également initier une approche IGP liée à des espaces naturels »  tout en citant  les Cévennes, les Coteaux de la Thau, les Côtes Catalanes, la vallée de l’Orbe et celle (haute vallée) de l’Aude.

Somme toute un marketing intéressant, original, culturel et éducatif à la fois et qui, sans conteste ne peut que valoriser les précieux nectars.

Passion continue en tête, Bernard Augé renchérit: « Et pour quoi pas des IGP en rapport avec des villes (Narbonne, Béziers…), avec une notoriété historique  (Pays de l’Hérault…).

De toutes les façons, conclut-il, dans cette mosaïque d’identité, le consommateur doit absolument s’y retrouver, tout en sachant que, quoi qu’il en soit, tout est toujours une histoire d’hommes !

Sans doute ceux qui avec passion pour la terre, la vigne et le travail en cave vivent pour le vin !

Alors, de toutes façons: « Buvez IGP, buvez décomplexé ! »

Même s’il est assez difficile d’obtenir des chiffres précis, la production française d’IGP avoisine aujourd’hui  les 14 millions d’hectolitres (8 millions pour le Languedoc-Roussillon, 1,5 millions (2009) pour InterVins Sud-Est…). La répartition par couleur étant difficile à vérifier pour le moment.

A titre de comparaison le volume total mondial tourne autour de 270 millions pour 2011. L’Europe étant valorisée à moins de 160 millions et la France à  50 millions environ, ce qui au passage permet à la France d’afficher une première place, reprise l’année dernière aux vins italiens (42 millions Hl).

Notons au passage que sur demande de Bruxelles, une campagne d’arrachage significative a été opérée de 2008 à 2010, afin de re-valoriser les vins produits et d’en augmenter  la qualité intrinsèque. A terme , cette opération devrait voir le vignoble européen passer de 55 000 Hl à 50 000Hl (Source 2011).

Alors quoi de plus intéressant pour valoriser ces vins que d’organiser le Concours National des IGP,  explique Olivier Nasles, pour qui « vins de qualité, signifie tout simplement vins au goût du plus grand nombre ».

La seconde édition de ce concours en devenir s’est déroulée à Marseille à l’Hôtel de région avec 74 jury et plus de 700 échantillons (+30%) provenant de 196 opérateurs de différentes IGP hexagonales.

Michel Godet



Concours National des IGP – Palmarès 2012

212 Médailles
79 médailles d’or
90 médailles d’argent
43 médailles de Bronze

Pour obtenir les résultats, chiquez sur: Le Palmarès du Concours 2012

Pour mémoire, ce concours est organisé (avec un grand professionnalisme – Bravo Marie De Monte !) par l’association Inter IGP, présidée par Denis Roume (DG Vignerons Ardéchois-UVICA).

Cette association regroupe les interprofessions Air Sud, Inter Oc, InterVINS Sud-Est et IVSO.

Le concours était ouvert aux vins IGP, certifiés conforme par leur différente ODG, pour les récoltes 2009, 2010 et 2011.

Vignerons récoltants, coopératives, union coopératives, groupements de producteurs, producteurs-négociants, négociants éleveurs et pour la première fois MDD (marques de distributeurs) ont concouru dans deux catégories:

*** Vins d’assembalges, y compris bi et tri cépages.

*** Vins de cépage, classés par cépage.

Quant aux dégustations, si l’on en juge les médailles décernées et nos dégustations personnelles, elles se sont avérées d’un excellent niveau général avec de très très belles surprises. La notion de vin plaisir trouve vraiment son apogée avec ces vins à indication géographique protégée, dont le rapport qualité prix semble indétronable à ce jour.

André Mercier, président des Vignerons Ardéchois (UVICA Ruoms) lors de la dégustation

————————————————————————————-


Liste des vins à Indication géographique protégée en France

(C% Confédération française des Vins de Pays)


1 : Côtes de Meuse 15 : Alpilles 29 : Vallée du Paradis
2 : Coteaux de Coiffy 16 : Cévennes 30 : Vallée du Torgan
3 : Franche-Comté 17 : Coteaux du Pont du Gard 31 : Haute Vallée de l’Aude
4 : Sainte-Marie-la-Blanche 18 : Duché d’Uzès 32 : Coteaux de Peyriac
5 : Coteaux de l’Auxois 19 : Sable de Camargue 33 : Le Pays Cathare
6 : Coteaux de Tannay 20 : Côtes de Thongue 34 : Côte Vermeille
7 : Côtes de la Charité 21 : Côtes de Thau 35 : Côtes de Gascogne
8 : Coteaux du Cher et de l’Arnon 22 : Coteaux du Libron 36 : Agenais
9 : Vin des Allobroges 23 : Coteaux d’Ensérune 37 : Thézac-Perricard
10 : Urfé 24 : Vicomté d’Aumelas 38 : Lavilledieu
11 : Collines Rhodaniennes 25 : Saint-Guilhem-le-Désert 39 : Côtes du Tarn
12 : Coteaux des Baronnies 26 : Haute Vallée de l’Orb 40 : Coteaux de Glanes
13 : Maures 27 : Coteaux de Narbonne
14 : Mont Caume 28 : Cité de Carcassonne

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *