Vin & Société continue le combat pour la défense du vin en France… avec InterRhône

Vin & Société condamne fermement les propos de Patrick Elineau, Directeur général de l’ANPAA

Interviewé par la revue américaine Wine Spectator le 7 octobre dernier, Patrick Elineau invite les autorités françaises à interdire de parler du vin sur Internet en prenant exemple sur ce qui est fait en matière de  « pornographie », de « pédophilie » ou encore contre « les sites pro nazis » : http://www.winespectator.com/webfeature/show/id/49021

Extrait traduit de l’article concerné :

« En évoquant les problèmes que pose le contrôle du contenu sur Internet, Patrick Elineau a cité le cas de la censure imposée par le gouvernement aux dissidents en Chine et le cas de la censure de la pornographie et de la pédophilie en Australie, comme exemples dont pourraient s’inspirer les Français pour mettre fin aux discussions sur le vin dans les médias, notamment sur Twitter et sur les blogs. « Quand on voit les mesures qui ont été prises concernant les sites web néo-nazis, on réalise qu’il y a des solutions », poursuit Patrick Elineau. »

Vin & Société, et à travers l’association, les 500 000 acteurs de la vigne et du vin, sont scandalisés par ces propos intolérables.

« Nous sommes consternés par la violence de tels propos amalgamant le vin avec des pratiques répréhensibles ou tout simplement illégales. Cette prise de position est d’autant plus regrettable que Monsieur Elineau est le Directeur général d’une association reconnue d’utilité publique et agréée d’éducation populaire financée par l’Etat, l’Assurance Maladie et les collectivités locales : l’ANPAA – Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie » déclare Joël Forgeau, Président de Vin & Société.

« Ces propos illustrent ce que nous dénonçons : une stigmatisation du vin mais aussi des hommes et des femmes qui travaillent avec respect et responsabilité dans les métiers de la vigne et du vin. En diabolisant le vin, on ne règlera certainement pas les situations dramatiques des personnes vulnérables. Plutôt que l’interdit, inefficace, nous devrions privilégier l’éducation, seule à même de lutter contre les comportements à risque. J’observe par ailleurs que cette déclaration a été faite dans un magazine américain très connu. Le lectorat ne manquera pas de s’étonner du dernier paradoxe français : le vin est exporté dans le monde entier mais diabolisé dans son propre pays en raison de positions extrémistes » poursuit Joël Forgeau.

La campagne de mobilisation http://www.cequivavraimentsaoulerlesfrancais.fr, lancée le 26 septembre dernier, présente les mesures envisagées contre le vin et alerte le Premier Ministre sur l’absence de dialogue entre toutes les parties prenantes.

Vin & Société poursuit donc la mobilisation et demande :

–          L’abandon des 3 mesures encore envisagées à date : interdiction de parler du vin positivement dans les médias / radicalisation du message sanitaire / durcissement des mentions sanitaires sur les étiquettes.

–          La création d’une instance interministérielle dédiée au vin, lieu de dialogue et de travail en amont du Plan Cancer et de la Loi de Santé Publique (novembre/décembre 2013)

http://www.cequivavraimentsaoulerlesfrancais.fr

www.vinetsociete.fr / @vinetsociete

Communiqué officiel  d’InterRhône

Christian Paly, président d’Inter-Rhône, se dit scandalisé et bouleversé par ces propos intolérables.
« En tant que vigneron, en tant que Président de notre filière viti-vinicole et en tant que citoyen, je suis consterné par la violence de tels propos amalgamant le vin avec des pratiques répréhensibles ou tout simplement illégales. Nous ne sommes ni des pornographes, ni des pédophiles, ni des nazillons ! » déclare Christian Paly.
« Ces propos illustrent ce que nous dénonçons : une stigmatisation du vin mais aussi des hommes et des femmes qui travaillent avec respect et responsabilité dans les métiers de la vigne et du vin. En diabolisant le vin, on ne règlera certainement pas les situations dramatiques des personnes vulnérables. Plutôt que l’interdit, inefficace, nous devrions privilégier l’éducation, seule à même de lutter contre les comportements à risque » estime-t-il.
Inter-Rhône travaille depuis de nombreuses années à l’éducation et la prévention en collaboration avec Vin et Société.
Depuis plus de 4 ans, Inter-Rhône soutient la formation en sommellerie dans les écoles hôtelières étrangères avec son programme Vallée du Rhône Terroirs. Ce programme faisant intervenir des œnologues rhodaniens est désormais complété par son propre dispositif d’e-learning. Un véritable outil de formation au service des professionnels : futurs prescripteurs (Formateurs – professeurs, étudiants en sommellerie), importateurs, distributeurs de la filière viticole mais aussi destiné avec quelques aménagements au grand public, amateurs et passionnés de vins » poursuit le Président d’Inter-Rhône.

Soyez cool, partagez cette information:


Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *