Rue Le Bec: suite et faim ? A Christian Têtedoie (MOF étoilé) de le dire !

Lyon, le 28 août 2012 (12h00):

Dans le cadre de la procédure collective (RJ du 17 juillet 2012) concernant la Rue Le Bec à la Confluence, le Tribunal de commerce de Lyon a statué ce matin. Le dossier se termine donc en liquidation judiciaire avec reprise pour un montant de 100 000 €. Il s’agit donc d’une sortie de procédure collective par cession.

Parmi les offres de reprise, le TC a attribué le dossier à Christian Têtedoie, bien que l’offre ne soit pas des plus importantes. Ce dernier, associé au traiteur Sucillon (Rilleux-la-Pape), ainsi qu’à deux autres associés S. Fioc, (Théâtre Boui-Boui) et de F. Sartou, (Flat 69 – Porsche d’occasion-Oullins),  va s’approprier l’ancien restaurant de Nicolas Le Bec à la Confluence.

Les repreneurs s’engageant à reprendre 40 de la cinquantaine de  salariés du groupe, et ne pas faire de vente à la découpe, compte tenu de la modestie avérée de l’offre.

Au programme, de la restauration bien sûr, mais aussi une salle de spectacle, style cabaret. Il est vrai que le traiteur Sucillon avait cette idée en tête depuis plusieurs années et que ses recherches dans le nord-est  lyonnais ne s’étaient pas avérées productives.

Chistian Têtedoie (MOF étoilé)

A priori, le MOF Têtedoie ne sera pas au piano, bien qu’il participe activement à l’élaboration de la carte.

Alors que Nicolas Le Bec commence à mettre en place son nouvel établissement à Shanghaï (Chine) et à développer ses « Rue Le Bec » en Asie du Sud-Est, Christian Têtedoie ne cesse d’agrandir son « empire ». On se rappelle qu’il a repris avec un autre associé Léa La Voûte il y a tout juste quelques semaines, après la cession de ses parts de la brasserie Testa D’Occa à ses associés de la brasserie italienne, située juste à côté de son restaurant gastronomqiue à l’Antiquaille.

Pour mémoire, la triplette Viannay (MOF étoilé), Marguin (les Echets), Bertthod (33 CIté) n’avait pas donné suite à la tentative de reprise de la Rue le Bec pour cause, à son sens, de complexité du dossier.

Dans les prétendants, il avait été question, sans aucune certitude cependant, d’Olivier Ginon (GL Events), Hippopotamus, Joshua Suarez, le groupe Bocuse…

Alors, clap de fin (de l’ancien dossier) ou suite et faim (du nouveau dossier) ?

En tous cas à quelques semaines de la  décision concernant l’attribution (15 octobre) ou non à Lyon de la Cité de la gastronomie, la ville bruisse au quotidien d’informations pour le moins gourmandes.

Mais Lyon n’est-elle pas la capitale mondiale de l’actualité gastronomique ?

Michel Godet

PS Pourra-t-on envisager comme prévu une ré-ouverture vers le 15 septembre et si oui avec quelle enseigne ?

La gageure nous semble difficile à assumer en l’état actuel. A suivre donc…





Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *