Nous mangeons une alimentation, pas des aliments ! by, Hervé THIS…

Nous mangeons une alimentation, pas des aliments ! by, Hervé THIS…

Que penser des évaluations nutritionnelle des aliments ?

Il y a fréquemment des messages de la part des hygiénistes pour dire qu’il faut manger des fruits et des légumes, qu’il ne faut pas trop manger gras, sucré, salé, qu’il faut  faire de l’exercice…
Et tout cela n’est pas contestable  : oui, il faut manger des fruits des légumes afin d’obtenir des vitamines, des oligoéléments, des fibres… mais aussi des lipides qui font les membranes de nos cellules, des protéines, etc. Oui, il faut manger des viandes afin de récupérer des protéines, du fer bien assimilable (sans quoi les enfants seront intellectuellement attardés).
Oui, il faut éviter de manger des produits frits en excès,  sans quoi nous verserons dans une obésité qui nous vaudra bien des déboires.
Oui, il faut manger éviter de manger trop salé, sans quoi l’hypertension artérielle nous guette ;  il faut éviter de manger trop sucré, sans quoi nous aurons des caries, du diabètes…
Oui  il faut aussi éviter de manger trop fumé sans quoi, comme les populations du nord de l’Europe, nous seront atteints de cancers du système digestif.
Mais je reviens aux messages diététiques (plutôt que nutritionnels, d’ailleurs, puisque la nutrition est une science, et la diététique son application).
A qui s’adressent-ils ?
Et sont-ils utiles ?
J’observe tout d’abord que des responsables de la santé humaine ne peuvent manquer de s’effrayer de l’augmentation de l’obésité dans nos sociétés modernes  : nous stockons, avec nos aliments, plus que nous n’en dépensons.
Et il reste vrai  qu’il y a lieu d’enseigner à manger, car un régime qui serait focalisé sur un seul type d’aliments conduirait à de graves dysfonctionnements de l’organisme.  C’est par exemple ce qui avait été observé au 19e siècle, quand on a voulu établir l’intérêt des bouillon de viande : on s’est aperçu que les  chiens qui en étaient nourris exclusivement sont morts en assez peu de temps.
La leçon a été bien retenue par les bons nutritionnistes :  il faut manger de tout en quantités modérées et faire de l’exercice modérément.
C’est là un vrai message qui doit être donné… mais comment le faire passer efficacement ?
Le citoyen veut sans cesse du neuf, d’où les diversifications sur l’exercice, le gras-sucré-salé, les cinq fruits et légumes…
Jusque-là, tout va encore assez bien, mais ce qui me va plus, ce sont ces codes couleurs qui stigmatisent certains aliments. Il faut dire que nous pouvons manger de tout… sans excès.
Et éviter des simplifications qui révèlent que l’on est soi-même… simplet.
Par exemple, un député vient de proposer une taxe sur les produits de la charcuterie. Il se fonde notamment sur les évaluations toxicologiques ou épidémiologiques de ces composés particuliers que sont les nitrites ou les nitrates… mais il oublie de reconnaître que ces composés évitent des cas de botulisme mortels!
Et puis, imaginons que les cas de  botulisme apparaissent, par conséquence de la proposition de ce député  : ira-t-on le chercher pour le mettre en prison ?
Je propose à mes amis de ne pas oublier que les conseilleurs ne sont pas les payeurs,  et cet  homme ne sera pas poursuivi, et il continuera  son œuvre délétère.
Certes  les citoyens ont les représentants qu’ils méritent, mais quand même, il y a des gens douteux dont il faut apprendre à se méfier. Nous avons la responsabilité d’avoir des réactions  énergiques et rapides !
D’ailleurs, je passe sur le cas particuliers des charcuteries pour revenir à ce code couleur que je déteste pour une raison très simple  : nous ne mangeons pas des aliments mais une alimentation.
Tout ingrédient alimentaire, qu’il s’agisse d’une carotte, d’un navet, d’une terrine, d’un saucisson, d’un éclair au chocolat, d’un poisson, etc. contient des composés qui ont une certaine toxicité, mais cela n’est pas une raison pour l’éviter ! Souvenons-nous de l’exemple des bouillon de viande. Et sachons aussi que les toxicologues évoquent souvent une « courbe en J » que j’explique maintenant ainsi  : certaines vitamines sont absolument indispensables en petite quantité, mais elles deviennent toxiques en quantités supérieures. Ce phénomène est très général.
Hervé This4

Hervé THIS Photo DR

Soyons positifs : que pouvons-nous dire si nous voulons avoir un message diététique de type national ? Certainement qu’il faut faire de l’exercice modérément,  mais certainement aussi qu’il faut varier notre alimentation et ne pas manger trop.

Nous pouvons manger de tout (sauf évidemment de graves poisons), mais en petite quantité. Et nous devons lutter absolument contre les docteur Knock de l’alimentation : ceux pour qui tout bien mangeant et un malade qui s’ignore… et qui peut tomber entre leurs griffes.

Mais je vois que mon regard s’attarde sur la frange et je veux relever le nez immédiatement pour regarder le ciel bleu : il y a de la marge pour apprendre à manger, individuellement et collectivement, pour enseigner à nos enfants comment bien manger. Car le message est simple  : nous devons manger de tout en quantités modérées et faire de l’exercice modérément.
Pas de codes couleurs stigmatisant !

Hervé THIS

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *