N’oublions pas que nous avons ignoré… l’olfaction by Hervé THIS !

N’oublions pas que nous avons ignoré

Manifestement, les professeurs doivent prendre garde aux ignorances des étudiants… Mais immédiatement, à ces mots, je prends  une précaution :  quand on utilise ce mot d' »ignorance »,  arrive souvent une critique de mépriser ceux à qui on l’applique. C’est là un mauvais procès,  l’emploi d’une connotation et non du sens réel du mot. Oui, on est ignorant de quelque chose que l’on ignore. L’ignorance, c’est le fait d’ignorer,  et ce n’est pas parce qu’on ignore quelque chose que l’on est complètement ignorant de tout ! Et être ignorant n’est pas être imbécile ; c’est seulement être ignorant, ce qui se soigne facilement.

Bref je reviens à mon point qui est de signaler que je m’étonne parfois d’ignorances d’étudiants qui sont par ailleurs studieux, attentif, précis.
C’est ainsi que, récemment, un étudiant m’a confié qu’il ignorait tout du mécanisme de l’olfaction. Bien sûr, était facile de l’éclairer à ce propos mais je m’étonne de cette ignorance particulière, et je dois prendre garde à mon étonnement.

Oui,  cet étudiant particulier s’intéresse à la cuisine, et je vois mal comment il a pu ignorer le mécanisme de l’olfaction. Mais si je suis dans cette incompréhension, d’autres étonnements du même type me menacent, et, surtout, je risque de tenir un discours inadapté aux étudiants. Manifestement, je ne sois pas préjuger des connaissances des étudiants, et il serait bon que je regarde en détails les référentiens, de la maternelle à l’université, sous peine de ne pas être compris, mais, surtout, de ne pas rendre le service de professeur que je veux rendre.

L’olfaction, pour en arriver à ce petit point particulier peut résulter d’échanges entre un corps odorant et notre organisme, mais faut-il expliquer en toute généralité, ou bien sur un exemple ?
Prenons une feuille d’estragon et sentons-là : pas grand chose. Puis frottons là entre les doigts alors que la main et la feuille sont enfermés dans un sac plastique : rien non plus.
Enfin frottons devant le nez bouché, la bouche fermée : toujours rien.
Voilà qui donne l’indication que les doigts modifient la feuille, libèrent des « principes » qui vont dans l’air, et qui ont besoin du nez pour être perçus. Ce que les expériences précédentes ne disent pas, c’est que ces « principes » sont des molécules, et que ces molécules odorantes sont comme des clés qui peuvent aller dans des « récepteurs » (pensons à des serrures) : quand il y a cette liaison, les récepteurs donnent une information au cerveau, sous la forme d’un signal électrique, qui se propage dans des cellules allongées, terminées par des « axones ».
Et, merveille de la biologie : il y a des myriades de récepteurs différents, pour détecter des dizaines de milliers de composés odorants particuliers. D’ailleurs, pour aller un peu plus dans les détails, on peut ajouter que c’est le « spectre » de composés odorants perçus (tous ensemble) qui fait une « odeur » ; que l’on change la nature moléculaire d’un de ces composés, ou bien la proportion des composés odorants d’un mélange, et c’est une tout autre odeur qui apparait.

Reste seulement ma question : comment en arrive-t-on à ignorer cela ? Je précise que je ne fais pas de supériorité, mais seulement que je fais état de mon incapacité à me souvenir de quand j’ai moi-même appris cela. Au fond, la question est : de quel référentiel, entre la maternelle et l’université, cela relève-t-il ?

THIS Hervé DR

Hervé THIS

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *