Mesures hivernales et hébergement d’urgence dans le Rhône

 Mesures hivernales 

Communiqué officiel de la Préfecture du Rhône

Lyon, 18 novembre 2020 

Préfecture

L’HÉBERGEMENT D’URGENCE : L’ÉTAT MOBILISÉ AU SOUTIEN DES PLUS DÉMUNIS 

Chaque hiver, pour faire face aux situations météorologiques exceptionnelles, et dans le cadre de la gestion de leurs impacts sanitaires et sociaux, les pouvoirs publics prévoient une veille renforcée pendant la période hivernale. 

Afin de lutter efficacement contre le sans-abrisme, les personnes sont accueillies de façon durable, dans le strict respect des principes de l’inconditionnalité et la continuité de l’accueil. 

SDF Lyon ©Godet_0159

L’objectif du renfort hivernal est en effet de garantir une mise à l’abri aux personnes qui sont à la rue, les familles mais aussi les femmes victimes de violence, les jeunes en rupture familiale, les femmes sortant de maternité, les adultes sans enfant… Les signalements et orientations sont réalisées par les équipes de la Maison de la Veille Sociale (MVS, un groupement d’intérêt public qui associe l’État et les collectivités territoriales). 

Toute personne accueillie bénéficie d’un accompagnement social axé sur l’insertion socio-économique, des solutions de logement ou d’hébergement, adaptées à leur situation, leur sont systématiquement proposées. 

SDF Lyon ©Godet_0455

La mise à l’abri hivernale constitue ainsi une étape dans le parcours de ces personnes, étape qui doit leur permettre de se rétablir afin de construire ensuite leur projet d’insertion. 

UNE DEMANDE D’HÉBERGEMENT À UN NIVEAU TOUJOURS ÉLEVÉ 

La MVS recense actuellement une demande non pourvue de 1448 personnes (à la rue, hébergées chez des tiers ou en habitat précaire – de type squat par exemple). 

DES APPELS 115 À LA BAISSE : – 23 % DÉBUT NOVEMBRE 

A la suite des mesures déployées sur le territoire pour faire face à la crise sanitaire (2 107 personnes mises à l’abri), le 115 recense 2300 appels en une semaine contre plus de 3 000 en 2019 à la même période. – 

Le contexte de crise sanitaire ne permet toutefois pas de conférer à cette donnée une valeur tendancielle.3 

UNE PROGRAMMATION DE MISE À L’ABRI HIVERNALE 2020-2021 ANTICIPÉE ET MAINTENUE À LA HAUSSE : +13% 

Malgré les efforts sans précédent menés tout au long de l’année 2020, notamment marquée par l’ouverture de 534 places d’hébergement au coeur de la période de confinement au printemps dernier, les besoins en mise à l’abri demeurent. L’État a donc décidé, compte tenu du contexte de crise sanitaire, d’accroître, par rapport à l’an dernier, le dispositif déployé. 

Ce sont 1358 places, (au lieu de 1200 en 2019) qui seront mobilisées cet hiver : 1038 places (structures d’hébergement et hôtels) tout au long de l’hiver (au lieu de 880 en 2019) et 320 places (salles collectives de type gymnases) mobilisables en période de grand froid sont par ailleurs reconduites. Les gymnases se situent à Lyon, Oullins, Caluire-et-Cuire et Meyzieu. 

UN PARC D’HÉBERGEMENT PÉRENNE EN PROGRESSION CONSTANTE : + 112% EN 6 ANS, +10% DEPUIS 2019 

Ces places s’ajoutent aux 6 557 places d’hébergement ouvertes toute l’année. Aussi, ce sont 7 915 places qui sont programmées cet hiver. 

Capacités d’accueil en hébergement  2014  2019  2020  Evolution 2014/2020  Evolution 2019/2020 
Mise à l’abri  1 834  4 010  4 413  + 141 %  + 10 % 
Places d’insertion  1 261  1 973  2 144  + 70 %  + 9 % 
Parc pérenne total  3 095  5 983  6 557  + 112 %  + 10 % 
Parc hivernal total  955  1 200  1 358  + 42 %  + 13 % 
Total  4 050  7 183  7 915  + 95 %  + 10 % 

La politique d’hébergement de l’État mobilise en 2020 dans le Rhône et la Métropole de Lyon une enveloppe de plus de 73 millions d’euros, dont 21 millions d’euros dédiés à la mise à l’abri en période exceptionnelle (renfort hivernal et crise sanitaire).

SDF Punks ©Godet_0468

UN RENFORT HIVERNAL REPENSÉ À L’AUNE DE LA CRISE SANITAIRE LIÉE À L’ÉPIDÉMIE DE COVID-19

Un lancement du dispositif 2020-2021 anticipé 

Cette année, l’état d’urgence sanitaire a mené à avancer le lancement du renfort hivernal au 18 octobre. Les mesures de renforcement de la veille sociale habituellement mises en oeuvre à partir du 1er novembre ont donc été avancées à cette date. 

Un maintien de plus de 11 sites, ouverts dans le dispositif précédent, afin d’assurer le maintien de la mise à l’abri de 504 personnes pour lesquelles une orientation vers l’insertion n’est pas envisageable à court terme. 

Un maintien en fonctionnement du centre d’hébergement spécialisé de Belleville, confié à la gestion de la Croix Rouge, qui permet l’isolement sanitaire de personnes malades de la Covid mais qui ne présentent pas de symptômes graves, et vise à leur permettre de respecter les mesures de confinement tout en étant suivies médicalement. Il est destiné aux personnes sans abri ou à celles insusceptibles de s’isoler de manière satisfaisante dans leur domicile, ou dans le centre d’hébergement qui les accueille. 

Une reconstitution de l’offre hivernale grâce à une réelle mobilisation des partenaires, 698 places d’ores et déjà mobilisées sur 1 038 projetées avant la mi-décembre : 

393 places nouvellement captées, réparties en 6 nouveaux sites 

Riboud à Lyon, 90 places (LAHSO) 

Auberge de jeunesse Lyon 5, 156 places, (Entraide Pierre Valdo) 

Site dédié aux femmes victimes de violence, 24 places (Le Mas) 

Les chalets à Tassin la Demi-Lune, 23 places (Habitat et humanisme) 

Le Manoir à Irigny, 16 places (Habitat et humanisme) 

Hôpital Charial à Francheville, 84 places (Fondation Armée du Salut) 

276 places remises à disposition, réparties en 3 structures 

la caserne CHABAL à Saint-Priest, 116 places (Fondation Armée du Salut) 

le CEMAGREF à Lyon, 100 places (Fondation Armée du Salut) 

le site Alix, 60 places (FNDSA) 

369 places hôtelières réservées 

220 places reconduites et 149 places supplémentaires mobilisées dans le cadre de l’appel à projet national piloté par la DIHAL 

Un renforcement des maraudes Croix-Rouge et Samu Social ainsi qu’une augmentation du nombre d’écoutants 115 par la MVS. 5 

UN HÉBERGEMENT D’URGENCE INSCRIT DANS UN PARCOURS GLOBAL DE SORTIE DE LA PAUVRETÉ 

Pour répondre au double objectif de la « stratégie pauvreté » mise en place par le gouvernement d’apporter des réponses concrètes aux situations de précarité et de proposer aux personnes les plus vulnérables un parcours global de sortie de pauvreté, le plan hivernal déployé dans le Rhône inscrit l’hébergement d’urgence dans un parcours global de sortie de pauvreté. 

440 places d’hébergement d’urgence pérennisées dans le Rhône (184 places en 2020, 256 en 2021) 

66 000 € euros mobilisés via le FNAVDL afin de renforcer l’accompagnement des ménages dans leur accès au logement 

Renforcement du dispositif d’intermédiation locative afin de favoriser l’accès au logement (répartition départementale à venir) 

Développement des places dédiées aux femmes victimes de violence (1 000 places au national) et aux femmes seules sortant de maternité (1 500 places au national) 

Les mesures déployées dans le cadre de la crise sanitaire 

• Distributions de chèques services, une réponse exceptionnelle pour les personnes hébergées ou sans abri : 62 000 chéquiers distribués par l’intermédiaire des associations de l’urgence sociale et les CCAS, correspondant à 1,7 M€ pour le Rhône 

• Pour mémoire, les habitants des QPV ont également bénéficié de chèques pour 1,4M€ 

• Distribution de masques : 2 millions de masques ont déjà été distribués à 41 associations et à 33 CCAS. Une nouvelle distribution de 1,5 million de masques en novembre 2020 

• Ouverture d’un gymnase à Bellecombe équipé de douches et vestiaires, avec mise à disposition de produits d’hygiène 

• Modulaire équipé de lave-linges et sèche-linges mis en place par l’Entreprise des Possibles 

• Livraisons de denrées alimentaires dans les squats et campements 

• Coût des dispositifs ouverts ou prolongés : 12,4 M€ 

3,4 M€ pour places supplémentaires (dont les centres d’hébergement spécialisés pour malades non graves 

7,8 M€ pour prises en charges prolongées (zéro remise à la rue) 

1,2M€ de surcoûts de fonctionnement (EPI, primes covid….)6 

• Continuité des activités de coordination 

Audio-conférences : cellules audios thématiques hebdomadaires avec l’ensemble des acteurs concernés (services de l’État, collectivités, associations, collectifs, etc) abordant l’ensemble des sujets (accueils de jour, hébergement, alimentaire, hygiène et sanitaire etc.) 

Retex réalisé en octobre pour partager avec les opérateurs et différents acteurs dans la construction du bilan de la crise et l’adaptation de l’action de l’État. 

• Appel à manifestation d’intérêt (AMI) relatif à l’aide alimentaire doté de 1,4 M€. Les associations ont candidaté afin d’appuyer l’État sur les modalités de réponse au besoin alimentaire et la distribution de cette aide. 

Une mobilisation des acteurs sans précédent afin de favoriser l’accès de tous au logement : l’opération « zéro remise à la rue » 

L’opération est co-pilotée par l’Etat et la Métropole de Lyon pour mobiliser les partenaires et trouver des solutions de relogement des publics. 

Elle a été lancée par une réunion des bailleurs en préfecture le 19 mai suivie par la mise en place d’une cellule opérationnelle à partir du 27 mai, réunissant l’Etat, la Métropole, les bailleurs et les réservataires. 

L’objectif a été fixé d’une mise à disposition accélérée de 500 logements sociaux (80 par mois) par les bailleurs sociaux et les réservataires, dans le cadre des accords collectifs intercommunaux d’attribution. 

A fin octobre : 1429 personnes sont sorties des dispositifs temporaires, 768 personnes sont sorties vers des dispositifs pérennes, 504 personnes sont encore hébergées sur les sites RH-Covid au titre de l’accueil inconditionnel. 

Quelques chiffres clefs : 

493 logements mis à disposition de la MVS par les bailleurs sociaux et les réservataires (Etat, Métropole, action logement). L’État est le plus gros contributeur avec 136 logements. 

• 402 entrées en logement effectuées. 

• 57 accès directs, de l’hébergement temporaire au logement autonome.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *