Mâcon: Le 60e Concours des Vins marque le pas avec 12% d’échantillons en moins !

Au cœur de la Saône & Loire, la ville de Mâcon vient d’accueillir le 60e Concours des Grands Vins de France, alias le « Comité des Salons & Concours de Mâcon.

Une manifestation d’ampleur, toujours attendue, qui s’est déroulée au Parc des Expositions de la ville.

C’est en 1954 que cette belle aventure débute. Le président de la Foire nationale des vins d’alors demande à quelques administrateurs de l’aider à « monter » un concours des vins.

La première année (1954) compte 68 échantillons, essentiellement locaux.

Dix années plus tard, en 1964, le nombre d’échantillons passe à 450, marquant ainsi une implantation avérée dans le paysage viti-vinicole hexagonal de cette manifestation.

Cette année, l’édition 2014 a comptabilisé 9 208 échantillons,  530 jury,  2114 jurés dont 185 venant de 18 pays étrangers, du Brésil à Hong-Kong, et pour la première fois un juré bosniac et un juré argentin.

Il est vrai que ce succès est essentiellement du aux jurés et à la qualité de leur travail, insiste Bernard Delaye le rigoureux président du concours.

Un concours qui existe grâce à la rencontre des producteurs et des dégustateurs, sans oublier  la participation de ces jurés qui officient chaque année.

Et Bernard Delaye d’ajouter: « La crédibilité et la qualité de vos jugements comme le sérieux de vos appréciations, mesdames et messieurs les jurés, en sont les garants ».

En ce qui concerne le nombre d’échantillons présentés, il est vrai qu’en 2014 le concours a marqué le pas avec 9 208 flacons enregistrés, contre une moyenne habituelle des dix dernières années de 10 420, soit près de 12% de régression.

Une baisse notoire due essentiellement aux récoltes en forte baisse notent les organisateurs.

Parmi les échantillons reçus, 1 732 venaient de la région bordelaise, marquant ainsi sa place de première région productrice de vins en France.

Bernard Delaye a aussi regretté que sur la base de données de 4 000 jurés, quelques 1 200 n’ont pas répondu aux sollicitations des organisateurs.

De quoi entrainer une gestion de plus en plus difficile, à n’en pas douter.

Pour mémoire, une association est née en juin dernier, lors du dernier Vinexpo, regroupant quelques grands concours dont celui de Mâcon. Cela sera-t-il suffisant pour créer un lobbing efficace, afin de la valoriser, mais aussi d’éviter tout un tas de « tracasseries administratives » pouvant mettre en péril ce genre de manifestations ? L’avenir le dira et Mâcon a aussi pris les devants avec sa certification.

Quoi qu’il en soit, que de chemin parcouru depuis 60 années grâce aux producteurs, aux jurés, sans oublier les organisateurs, les commissaires et tous les bénévoles.

Bernard Delaye ©Photo Michel Godet

Un anniversaire dignement fêté avec la création d’un tastevin à l’effigie du célèbre dégustateur mâconnais.

Sa conclusion, Bernard Delaye la dédiera à Salvador Dali: « Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets ! »

Michel Godet


L’abus d’alcool est dangereux pour la santé

A consommer avec modération

LYON-SAVEURS

↑ Grab this Headline Animator

Lyon Saveurs michel.godet@gmail.com

Soyez cool, partagez cette information:

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *