Lyon et les Mères Lyonnaises !

Passionné par les histoires de mères, Bernard Boucheix auteur, homme de lettre, peintre et même artiste lyrique s’est passionné pour les Mères.

Celles qui cuisinent s’entend.

On ne le dira jamais assez, Lyon est bel et bien la Capitale mondiale de la gastronomie et ce depuis des lustres… ou du moins depuis 1935 suite aux propos de Curnonsky, célèbre critique culinaire.
L’eau a coulé sous les ponts depuis, mais l’ADN gourmand de Lyon demeure à tel point que la ville est devenue Patrimoine mondial UNESCO, certes avec ses monuments, mais aussi grâce à sa gastronomie.

Fi de tous ceux qui pensent et qui disent que Bordeaux a maintenant largement dépassé dans ce domaine Lyon la Myrelingue.

Alors quel est ce passé qui, au delà des mots de Curnonsky, a fait de la Capitale des Gaules une place forte de la table ?

On parle beaucoup – et souvent à tord – des bouchons de Lyon qui ont fait avec les Canuts et continuent à faire la renommée d’une ville riche de son passé entre Rhône et Saône.

Mais n’oublions pas cependant les Mères Lyonnaises, elles qui à la sortie de la guerre ont quitté – suite à la crise – leur place de cuisinière dans les maisons bourgeoises pour s’installer et créer de petits estancots.

Boucheix Mères_3145

Passionné par ces histoires de mères, Bernard Boucheix auteur, homme de lettre, peintre et même artiste lyrique s’est passionné pour les Mères, celles qui cuisinent s’entend.

Après les mères auvergnates, c’est à celles de Lyon qu’il s’est intéressé. Une passion qu’il a mise en lumière dans deux petits livres parus fin 2018 (13,5 x 18,5 cm) d’une centaine de pages chacun et vendu au prix modique de 10€ (Editions Italique).

Boucheix Mères_3206

Mais n’est-il pas vrai que des études à l’école hôtelière de Chamalières (63) et des parents hôteliers restaurateurs lui ont inoculé le virus du bien manger ?

Tout d’abord  « Les Vénérables Mères Lyonnaises », puis « Les Mères Lyonnaises – Les Reines Mères de Lyon ». Une sorte de tome 2.

Dans ces ouvrages denses et riches en informations historiques, Bernard Boucheix décrypte avec précision la vie et l’histoire e toutes celles qui ont marqué le passé gastronomique ou du moins culinaire de Lyon.

Les Mères Guy, Brigousse, La Mélie, Fillioux, Bougeois, Bizolon ou encore Brazier qui nous régale encore aujourd’hui grâce à Mathieu Viannay (MOF).

Si certaines avaient une aura régionale, d’autres comme les Mères Fillioux, Bizolon et Brazier avaient une audience nationale. La Mère Brazier ayant même eu deux fois trois étoiles (dans ses deux restaurants) et ayant eu aussi un certain Paul Bocuse comme apprenti ! Elle même ayant été formée par la Mère Fillioux. Un siècle de transmission à eux trois…

La Mère Bourgeois étant de son côté la première femme a avoir obtenu trois étoiles au Guide Rouge.

L’auteur s’attarde également sur la Mère Guy qui a créé son restaurant-guinguette sur les quais de Saône vers la Mulatière en 1757, la première Mère dans l’hexagone si l’on met de côté la Mère Catherine à Montmartre.

Tout ce que le monde compte de personnalités y a élu domicile le temps d’un ou de plusieurs repas, pour ne citer que vingt astronautes et cosmonautes américains et soviétiques lors d’un déjeuner mémorable ou encore l’Impératrice Eugénie et même Salvador Dali, sans compter maires de Lyon et autres ministres.

Comment ne pas parler aussi de la Mère Brigousse et de ses tétons de Vénus, des quenelles en forme de tétons qu’appréciaient spécialement les jeunes hommes qui enterraient leur vie de garçons…

Un clin d’œil également à la Mère Bizolon que d’aucun ont appelé la Madelon des Lyonnais. Bergère et cordonnière. Son fils ayant tué à la guerre elle décide alors de servir gracieusement dans un comptoir improvisé et ouverts aux quatre vents vin, bouillon chaud, café et même réconfort moral aux soldats (parfois 1000 par jour !)

Autant d’histoires et d’anecdotes que tout bon  lyonnais devrait connaitre et même « Ceux qui ne sont pas de Lyon ! »

Pour compléter cette belle collection historique, Bernard Boucheix a également commis deux petits ouvrages (11 x 15cm) – (34 pages) dans la même collection Italique:

Boucheix Mères_3224

La Mère Bizolon (7€) et laMère Fillioux Lyonnaise (7€)

Boucheix Mères_3241

 

Michel Godet

 

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *