L’enseignement culinaire, by Hervé This !

L’enseignement culinaire ?

Posted: 29 Aug 2018 11:23 PM PDT

Je viens de publier, dans un  billet terminologique,  une citation de Jules Gouffé qui explique qu’il ne devrait pas y avoir de terminologie culinaire spécifique et que les mêmes mots devrait apparaître dans le dictionnaire de cuisine et dans le dictionnaire commun. Derrière cette observation, il y a la question de savoir si la cuisine professionnelle doit différer de la cuisine domestique, ce qui justifierait que quiconque veut ouvrir un restaurant doive avoir au minimum un CAP. 

Oui, en quoi un cuisinier professionnel diffère-t-il d’un cuisinier à la maison ?
Il y a d’abord la question commerciale, qui ne se pose pas, dans les foyers. Mais répondre à cette question suppose que la question technique, la question de la production, soit déjà résolue. Les techniques sont simples, même s’il y a encore beaucoup de progrès à faire… parce que les matériels n’ont pas encore assez évolué : on en reste à des casseroles, comme au Moyen-Âge ! Et les siphons ou autres sont d’apparition récente, et quand même pas d’un maniement particulier ; les fours professionnels ne sont guère mieux que les fours domestiques, et les couteaux sont dans les deux types d’endroits.
L’hygiène, avec la fameuse méthode HACCP ? Je ne vois pas pourquoi, dans un restaurant, on ferait diféremment d’à la maison :  si l’on suppose que les professionnels ne doivent pas empoisonner leurs clients, on doit évidemment considérer aussi que, à la maison, on doit servir des mets sains !
Ce qui nous conduit à nous interroger : n’est-il pas étonnant que l’Ecole ne forme pas à ces précautions d’hygiène ? Jadis, il y avait des cours de cuisine, où cela était considéré, mais ces activités on été remplacées par du plus moderne :  de la technologie… car il est exact qu’à la maison, on a besoin de cuisiner, mais  également de changer une ampoule, des plombs, d’enfoncer des vis dans les murs, etc.
Cela dit, au 21e siècle, il y a  Internet : il y a en ligne mille vidéos qui expliquent tout cela sans que l’on encombre les programmes avec ces matières ;  la question du choix des matières enseignées à l’école est entièrement renouvelé.

IMG-7297

Salade de pommes de terre – Harengs (Le Théodore, by Marco à Lyon)

D’ailleurs, à la réflexion, il semble avoir judicieux, au début des années 2000, quand nous avons introduit dans les écoles les Ateliers expérimentaux du goût (http://www2.agroparistech.fr/Les-Ateliers-experimentaux-du-gout.html), de raccrocher la cuisine aux arts, notamment afin de leur donner un statut qu’elle n’avait pas suffisamment, mais aussi aux sciences, tant il est vrai que la technique a toujours été une mine de phénomènes qui ont permis le développement des sciences. Il n’est pas anodin que la métallurgie, la conception de bougies, où la cuisine aient été nommés naguère des « arts chimiques ».

THIS Hervé DR

Hervé This – Photo DR

Mes revenons à la question savoir si les techniques culinaires professionnelles ou non, différent de la technique culinaire domestique.
Pour répondre, finalement, il y a sans doute lieu de considérer que la cuisine à trois composantes : sociale, artistique et technique. La technique est simple, à ce jour, mais la question artistique, trop négligée, s’impose absolument : en ces temps d’égalitarisme naïf (je veux dire « bête »), il faut dire énergiquement, sans démagogie,  que n’importe quel peintre de dimanche ne sera jamais Rembrandt, que n’importe quel violoniste amateur ne sera pas Paul Tortelier, qu’un sculpteur du dimanche ne sera pas Rodin, qu’un amateur de mots qui ne passe pas dix heures par jour, chaque jour, sur sa page, ne sera jamais Rabelais ou Flaubert. L’art culinaire, comme les autres arts, est le fruit de soins attentifs, d’une longue pratique. Au Conservatoire de musique, par exemple, on distingue bien des « niveaux », en mettant des barres à 4000 heures, par exemple, ou à 8000. Comptons réalistement combien nous en avons fait !

Mais je reviens à notre système national d’études culinaires, et je dois observer qu’il est conçu pour des étudiants bien différents. On doit imaginer qu’il y a, pour les divers groupes, des niveaux différents pour la partie technique, pour la partie artistique, pour la partie sociale. Le CAP correspond à un niveau élémentaire, où il faut  donner les connaissances générales en plus des connaissances techniques élémentaires : on ne doit pas former de la chair à canon, de l’ouvrier à patron, mais contribuer à ce que les élèves obtiennent un  faisceau de connaissances, de compétences et de savoir-être, qui leur confère une certaine adaptabilité, une certaine intelligence. En réalité, le système national ne réussit pas si mal  : toute personne qui s’y forme trouve finalement un travail, le savoir-être communiqué semblant manifestement un atout pour la vie,  et les connaissances techniques ou sociales sont une métaphore utile pour d’autres activités. Il y a manifestement une différence avec la simple technique culinaire domestique !

Hervé This

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *