Le Grand Livre de notre alimentation, by Hervé This


Je reviens sur notre Grand livre de notre alimentation récemment paru (Editions Odile Jacob).

(Avec 25 experts de l’Académie d’agriculture de France)

Sur Twitter, j’ai émis un message libellé à peu près ainsi : « A votre avis, pourquoi pensez-vous que 25 membres de l’Académie d’agriculture de France, qui sont des gens très occupés, ont accepté de prendre sur leur temps pour produire un livre assez gros, qui donne des faits à propos de l’alimentation, et tout cela sans toucher un seul centime (puisque les droits d’auteur sont versés à l’Académie) ? ».

Capture d’écran 2019-08-30 à 08.34.14

Ici, j’insiste un peu, car la question n’est pas rhétorique, mais vraiment posée à mes amis : je vous invite à réfléchir à cette question. Car ce que je dis est juste : aucun des auteurs ne touche un centime de cette affaire, malgré le travail important, le temps considérable passé à concevoir, préparer, réaliser l’ouvrage.

Car il ne s’agit pas seulement de rédiger des chapitres, mais préalablement de faire une  recherche bibliographique fouillée, experte, afin d’être capable d’écrire les articles. Quant à écrire les articles eux-mêmes, il ne s’agissait pas de redonner le libellé exact des informations trouvées par la bibliographie, mais de donner la teneur exacte sous une forme qui soit efficace du point de vue de la communication, à savoir compréhensible par tous tout en restant parfaitement juste.

Bref, il y a donc eu du travail et il faut effectivement se demander pourquoi des personnalités ont accepté de faire cela en plus des tâches qu’ils ont par ailleurs, sachant que nombre des auteurs sont en parfaite activité professionnelle (ce n’est pas une « académie vieillissante », bien au contraire), avec des postes de responsabilité souvent très importants.

Mais on comprend aussi qu’il y avait urgence, face à une situation publique dégradée, les citoyens étant exposés sans cesse à des messages toxiques par des marchands de cauchemars variés, dans la presse ou dans le monde politique : les personnes qui vendent du papier ou de l’idéologie font beaucoup de mal à notre collectivité nationale, ce sont en réalité des fléaux qu’il faut combattre, tout en évitant à notre collectivité nationale de s’engager dans des voies irrationnelles extrêmement coûteuses.

Bref, il y a cette mission indispensable de l’Académie d’Agriculture de France, qui est de donner des bases solides pour un débat public cohérent. Nous n’en pouvons plus des mensonges énoncés publiquement toutes ces dernières années à propos de l’alimentation.

Il faut répéter ce message sans relâche  : nous sommes la première génération de l’histoire de l’humanité à ne pas avoir connu de famine et jamais notre alimentation n’a été si encadrée si saine. Ne soyons pas les enfants gâtés de l’alimentation, mais sachons le bonheur d’avoir celle d’aujourd’hui. Je ne dis évidemment pas que l’on ne peut pas faire encore mieux, mais je dis quand même que l’on fera difficilement mieux, et que tout progrès risque de coûter plus que nous ne pouvons dépenser.

Bien sûr, on peut imaginer que des réglementations nouvelles, plus contraignantes donc, mais si des industriels bien équipés technologiquement peuvent s’adapter à des réglementations très strictes, il n’est pas certain que les artisans puissent le faire, et nous risquons de pénaliser une partie importante de notre économie nationale, voir dégrader la qualité de notre alimentation… alors que les bases scientifiques pour le faire manquent encore.  Surtout, je vois que l’accumulation des lois et des règlements n’est  pas ce que je souhaite, parce que je crois que ce n’est pas efficace, pas intelligent :  je crois plus à l’émulation qu’à la punition ; je crois plus à l’envie de faire qu’à la règle qui tape sur les doigts d’élèves qui ne se corrigeront pas pour autant.

Oui je crois à la force de l’Ecole, de l’éducation nationale, qui devrait d’ailleurs être plus justement nommée instruction nationale, et qui permet de diffuser les informations juste à tous. Il me semble que en ces temps le public craint d’être empoisonné par son alimentation, il y a urgence à mettre à l’école des programmes pour enseigner aux jeunes citoyens à manger.

Oui, nous devons apprendre à manger des aliments sains,  à discuter des étiquetage déloyaux,  à choisir l’origine des ingrédients culinaires que l’on achète pour produire à manger soi-même, avec amour, pour les siens et pour soi-même, à choisir des produits de saison qui contribuent à rendre notre alimentation nationale durable, à  choisir les ingrédients qui nous font une alimentation équilibrée…

Oui, nous avons nous devons apprendre à manger,  et nous devons aider nos enfants à le faire aussi. Sans un effort d’instruction nationale, il n’y aura pas d’alimentation durable, il n’y aura pas d’harmonie nationale.

Le siècle des Lumières n’est pas terminé ;  il commence à peine !

By, Hervé This

Vive la chimie (la science, qui ne se confond pas avec ses applications), plus qu’hier et bien moins que demain !

Hervé This                                                                                      

This Hervé
International Centre for Molecular Gastronomy AgroParisTech-INRA : http://www.agroparistech.fr/-Centre-international-de-.html
Fondation Science  & Culture Alimentaire (Académie des sciences) : http://www6.inra.fr/fondation_science_culture_alimentaire
Académie d’Alsace: https://www.academie-aslaa.alsace/
Académie d’agriculture de France : http://www.academie-agriculture.fr/
Académie royale des sciences, des arts et des lettres de BelgiqueGroupe de Gastronomie moléculaire, Laboratoire de chimie analytique, UMR 1145 Ingénierie Procédés Aliment GENIAL

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *