L’Alsace #2 festive, gourmande et accueillante… Colmar

L’Alsace festive, gourmande et accueillante… 

L’Alsace: à lui seul ce nom sonne comme un véritable synonyme de festif, gourmand ou encore accueillant.

Cette région, désormais intitulée Grand-Est, bordée sur son flanc droit par l’Allemagne et plus exactement la Forêt Noire, de haut en bas de Karlsruhe (D) à Bâle (CH),  compte deux départements de référence en la matière: le Haut-Rhin et le Bas-Rhin. Facile à retenir, le Bas-Rhin est en haut et le Haut-Rhin en bas !

Notre périple nous ayant entraîné entre autres lieux à Colmar, Kaisersberg, Eguisheim, Bollenberg… c’est donc du Haut-Rhin que nous allons vous parler en plusieurs reportages avec sa capital Colmar.

Pour mémoire, Mulhouse est la Métropole alsacienne, le nombre de communes est de 366 et la population dépasse les 760 000 habitants.

En cette période de fin d’année et surtout de Noël, les Marchés de Noël représentent dans cette région une attractivité toute particulière, magnifiée, il est vrai, par le Marché de Noël de Strasbourg qui déplace des foules.

Il n’en est pas moins vrai que ceux de Colmar, Kaisersberg, Eguisheim sont eux aussi des marchés de référence, qui plus est avec une ambiance tout aussi alsacienne, conviviale, gourmande et festive, mais surtout avec une dimension beaucoup plus petite, donc plus familiale.

Ajouter à cela qu’Eguisheim et Kaysesberg ont été élues Plus beau village de France et vous saurez où vous devez aller pour votre prochain séjour.

Colmar: une ville moderne qui ne renie ps ses traditions !

Capture d’écran 2017-12-17 à 09.12.03

Au détours de ses petites rues, de ses canaux, de son centre-ville piétonnier et de son savoir-se-tenir-à-table, de ses colombages alsaciens, Colmar LA Capitale, est un véritable concentré d’Alsace. Une carte postale, devrions-nous ajouter.

Capture d’écran 2017-12-17 à 09.17.22

Au centre de l’Europe, non loin des vignobles, sa richesse patrimoniale  interpelle les visiteurs qui découvrent vite que Colmar est la cité du célèbre illustrateur alsacien HANSI et surtout de l’omniprésent sculpteur Bartholdi (créateur de l’illustre Statue de la Liberté à New York. La grand-mère d’Yves Saint Laurent a servi de modèle à Barthold !)

Bartholdi est également à l’origine de 35 monuments de par le monde, pour ne citer que le Lion de Belfort, Vercingétorix à Clermont-Ferrand, la Fontaine des Terreaux à Lyon, les statues de La Fayette et Washington à New-York et Paris…

Mais loin de s’ancrer dans on passé, la cité colmarienne affiche  une modernité de bon aloi sans se départir de ses tractions et de son passé.

C’est donc dans ce contexte que le Marché de Noël de Colmar, classé dans le Top 5 des marchés de Noël européens, trouve sa place. Plus exactement, ce sont cinq marchés de Noël qui enluminent de mille feux cette cité millénaire, lui conférant une véritable magie.

1* Ainsi, le marché de Noël Place des Dominicains, au pied de l’église des Dominicains du 14e siècle, dominé par les magnifiques vitraux illuminés à la nuit tombante a une dimension plus « spirituelle ».

2* Le marché Place de l’Ancienne Douane et son bâtiment du Koïfhus, qui illustrait à l’origine le poids économique et sociale de la ville, est orienté vers une offre multiple et variée.

3* Le marché intérieur du Koïfhus présente dans ses salles d’apparat, dont la prestigieuse salle de la Décapole, l’artisanat d’art ancien ou contemporain de notre région,  dans un cadre historique médiéval.

4* Le marché de la Place Jeanne d’Arc offre une sélection de produits du terroir à déguster sur place ou à emporter, d’objets et de cadeaux artisanaux.

5* Enfin, dans le quartier pittoresque de la Petite Venise, les enfants trouveront nombreux cadeaux, douceurs et animations.

A Colmar, comme en Alsace, les marchés de Noël son très orientés production artisanale locale (potiers, verriers, tisserands..), contrairement à d’autres dans l’Hexagone, qui ne sont ni plus ni moins qu’une vitre commerciale de la Chine…

Au programme, des pâtisseries, pour ne citer que le Stollen de Noël, des effluves de cannelle et de vin chaud, de senteurs de foie gras (il aurait été inventé à Strasbourg en 1780 ?), de choucroute, de coq au Riesling, de baeckaoffe, de pain d’épices ou encore du célèbre Munster.

Fier de ses vignobles, l’Alsace sait également vous proposer des Grands-Crus, sans oublier ses célèbres vendanges tardives.

Wistub Le Flory – Jacques Geismar

A propos de plaisirs de la table, nous nous sommes arrêtés avec bonheur dans le centre ville piétonnier au restaurant Wistub le Flory, sis dans l’ensemble immobilier Le Weinhof, alias du XVe au XVIIIe la Cour viticole de l’Abbaye de Pairis. C’est le charcutier turckheimois Jacques Geismar qui en préside les destinées gourmandes depuis 2008 avec une gouaille qui n’est pas sans rappeler celle des mères lyonnaises.

De là à penser que les bouchons lyonnais sont les cousins des Wistubs, il n’y a qu’un pas !

Une fois la porte d’entrée passée et le convivial accueil effectué, vous vous retrouvez dans un traditionnel wistub alsacien qui vous fait voyagé en un instant en dehors du temps. Afin de vous mettre de suite en appétit, dans un cadre illustré avec des fresques murales par de nombreuses allégories relatives à Gargantua, le chef vous propose ses flàmmenküeche (tartes flambées) arrosées par une mousse alsacienne.

La mise en bouche est agréable et surtout conditionne, sous le signe de cela générosité, palais et gosier pour déguster (si vous arriver à la finir !) une belle choucroute au chou délicat et surtout aux charcuteries diverses et généreuses ou encore d’autres spécialités alsaciennes. Joues de porc au pinot noir accompagnée de spaetzle, foie gras de canard maison, baeckeoffe, tarte flambée,  gibier, poissons, fruits de mer…

Pour accompagner ces mets régionaux, vous pouvez également profiter d’un superbe Gewurtz pour vous re-fera aimer les blancs d’Alsace, avant de vous « faire péter la sous-ventrière » (expression des gones lyonnais qui ont bien tant mangé !) avec un vacherin glacé sur coulis de framboise.

A n’en pas douter, le fait que le chef soit aussi charcutier (à Turckheim) abonde dans la qualité de ses préparations charcutières et autres fois gras maison. Une histoire gourmande et familiale datant de 1784 qui pourrait vous faire entendre les cloches sonner dans votre tête, tant la gourmandise est omniprésente chez Jacques Geismar !

N’est-il pas Frère Jacques ? Ding, ding, dong, sonnez les mâtines !

Passé ce moment d’anthologie gourmande qui pourrait aussi se clore  avec un sorbet citron largement arrosé au Marc de Gewurtz… et avant le vin chaud sur les marchés à la nuit tombée, profitez du Colmar touristique et émerveillez-vous devant  la Maison Pfisterle Koïfhusle Musée Unterlindenla Petite Venisela Maison des Têtes ou encore la Collégiale Saint-Martin.

Avant de poursuivre votre périple haut-rhinois, nous vous conseillons à quelques kilomètres de Colmar le Domaine Bollenberg (notre prochain rendez-vous) avec son hôtel, son spa, sa piscine couverte, son gastro et son domaine viticole voisin et familial de 25Ha.

Michel Godet

Restaurant Wistub Le Flory

1 Rue Mangold, 68000 Colmar

 

Colmar

Pour accéder au site de Colmar Tourisme sur la toile Clic

Colmar Tourisme sur la Tourisme Colmar

Spécialités locales

Côté salé …

Bæckeofe : potée de viandes et pommes de terre marinée au vin blanc alsacien.

Choucroute : désigne à la fois le plat et le légume accompagné de charcuterie comme de poisson.

Bibeleskäs : fromage blanc avec échalotes, pomme sautées et le traditionnel munster.

Fleischnecka : littéralement « escargot de viande » constitué de boeuf de pot-au-feu enroulé dans une pâte à nouille.

Knepfle : quenelle à base de purée de pommes de terre mélangée aux jaunes d ́oeufs et farine.

Presskopf : hure de porc persillée.

Spätzle : Petites pâtes épaisses. Au bon goût d’oeuf, sautées à la poêle.

Sueri Nierli : rognon de veau ou de porc cuit au vinaigre. Ne faites pas l’impasse sur les délicieuses asperges en saison!

Et côté sucré …

Kougelhof : grosse brioche sucrée ou salée de forme typique. L’été, testez le Kougelhof glacé. Tartes à la rhubarbe, myrtille, quetsch, pomme-cannelle et autres fruits de saison

Bredalas: petits biscuits secs

Distances de COLMAR à: Bâle : 67 km Strasbourg : 74 km Zürich : 151 km

Bern : 160 km  –  Luxembourg : 291 km  –  Frankfort : 291 km  –  Genève : 317 km  –  Milan : 405 km    Lyon : 422 km  –  Munich : 440 km  –  Paris : 441 k  –  Bruxelles : 500 km

La galerie du Flory Wistub à Colmar à gauche et celle de la ville de Colmar à droite (©Michel Godet)

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *