La liaisons par des roux … Cuisine !

CUISINE: la liaisons par des roux

Posted: 31 Mar 2019 07:26 AM PDT

Lors de notre séminaire de gastronomie moléculaire de mars 2019, nous avons exploré la question de la liaison des veloutés à l’aide des roux. Autrement dit,  la question était la liaison par la farine et autres produits amylacés. Car c’est cela, un velouté : un liquide auquel on ajoute une matière amylacée (le plus souvent de la farine), et que l’on cuit en vue d’obtenir un épaississement plus ou moins notable. Ainsi, dans un potage, un léger épaississement suffit, alors qu’on veut une liaison plus forte pour une sauce blanche, par exemple.Plus précisément, nous avons cherché à savoir si la cuisson soutenue d’un roux permet – ou pas- de mieux lier un velouté, et  nous avons également cherché si le vinaigre conduisait à une refluidification des sauces.

Nous avons donc commencé par faire un roux très léger, en cuisant moitié beurre et moitié farine. Puis nous avons divisé ce roux unique en trois.

Le premier roux a été très peu cuit.
Le deuxième roux a été cuit jusqu’à apparition d’une couleur brune soutenue, et la disparition des bulles (de vapeur) dans la casserole, preuve que toute l’eau (du beurre) avait été évaporée, et que la température avait augmenté au delà de 100 degrés.

Commençons donc par expérience sur la cuisson des roux différemment cuits. Nous avons pris les deux premiers roux (léger, cuit brun) et nous leur avons ajouté la même  quantité d’eau.

Puis nous avons cuit le premier velouté jusqu’à l’épaississement maximal de la sauce, et nous avons cuit le velouté à base de  roux brun dans les mêmes conditions, sur le même feu, et cette fois l’épaississement a été bien moindre :  la cuisson poussée des roux ne permet pas un épaississement des velouté aussi important qu’avec un roux léger.

Enfin  nous avons cuit  le troisième roux, mais avec du vinaigre,  et,  cette fois-ci, nos amis cuisinier professionnel ont été surpris de voir que l’épaississement se faisait très bien,  et que, même, le velouté (sauce poivrade) était  d’un aspect plus engageant qu’avec un roux ordinaire et de l’eau.
L’observation est intéressante, parce que l’aspect est très important, en cuisine. Avec de l’eau ou du vinaigre cristal, on voyait mieux les différences que si on avait ajouté un bouillon.
Mais je sais combien les différences de température peuvent changer les résultats, de sorte que nous avons attendu que les trois roux soient à la même température pour véritablement comparer. Et finalement, le roux peu cuit est celui qui a conduit à la plus grande liaison, peu supérieure à celle du velouté au vinaigre.

Évidemment, en cuisine, ce n’est ni de l’eau ni du vinaigre cristal que l’on utilise pour faire les sauces… mais  j’ai vu des professionnels goûter deux fois la sauce poivrade,  signe qu’il y avait là une base pour un travail gustatif.

J’y pense :  nos travaux étaient-ils de nature « scientifique » ? Je réponds à cette question qui m’a été posée par un des participants du séminaire, en  observant que la méthode scientifique commence par l’observation des phénomènes.

Même si toutes les conditions de rigueur expérimentales n’étaient pas réunies, nous avons fait des observations que nous allons reprendre, afin de confirmer nos premières impressions.

Hervé This…

THIS Hervé DR

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *