La Flavescence dorée: Faut-il traiter ou non ? (Hervé This)

L’actualité juridico- viticole nous a interpellé cette semaine avec le procès d’un vigneron bourguignon qui a refusé de traiter ses vignes contre la flavescente dorée, malgré un arrêté préfectoral.

Le Préfet arguant que cela s’apparentait à de la salubrité publique et le vigneron qu’il ne pouvait le faire, étant en culture bio !

Rappel des faits:

Le 24 février 2014, la chambre correctionnelle du TGI (Tribunal de grande instance) de Dijon avait convoqué le vigneron Emmanuel Giboulot (10 hectares en biodynamie à Beaune) pour ne pas avoir traité ses vignes contre la cicadelle Scaphoideus titanus en 2013, enfreignant ainsi l’arrêté préfectoral qui plaçait l’ensemble de la Côte d’Or dans le périmètre de lutte obligatoire contre la flavescence dorée.

L’enjeu était de taille pour ce vigneron qui risquait  jusqu’à 30 000 € et six mois de prison selon l’ article L251-20 du Code rural.

A la sortie de l’audience du TGI c’est une mande « symbolique ? » de 1 000€ (dont 500,00€ avec sursis) qu’il encourait. La Chambre devant rendre son délibéré le 7 avril prochain.

Et Emmanuel Giboulot d’ajouter en préambule  »  Ce qui va se jouer lors de ce procès dépasse de très loin mon cas personnel : à travers moi, c’est toute l’agriculture respectueuse de l’environnement, qui est visée ».

Il est vrai que le vigneron avait fait le buzz, en particulier après avoir récolté plus de 100 000 pétitions de soutien quant à cette mésaventure qui a vite été politiquement récupérée à quelques semaines des élections municipales.

Michel Godet

La flavescence dorée:


La Cicadelle de la flavescence dorée, petite mais puissante

La Cicadelle de la flavescence dorée cache bien son jeu. Petit par la taille, cet insecte nommé Schaphoïdeus titanus, est vecteur d’un phytoplasme responsable de la maladie de la flavescence dorée.

Une seule génération par an

La cicadelle de la flavescence dorée fait une seule génération par an. Elle hiverne à l’état d’œuf pondu en fin d’été dans les bois de plus d’un an. Les éclosions débutent en mai et se prolongent sur plusieurs semaines. Les larves évoluent en adultes en 40 à 55 jours en passant par quatre stades larvaires. Elles se déplacent en sautant. Les premiers adultes apparaissent à la mi-juillet.

Comment cette petite cicadelle devient le vecteur de la maladie ?

La cicadelle de la flavescence dorée acquière le phytoplasme par piqûre d’un cep déjà atteint. Il se réfugie dans l’intestin de son hôte où il se reproduit et migre dans l’hémolymphe et les glandes salivaires. Ce trajet dure environ un mois et correspond au temps de latence pendant lequel la cicadelle ne peut pas transmettre le virus. A la fin de cette période, il existe un risque de contamination d’une nouvelle plante. Une fois dans la vigne, le phytoplasme circule par le phloème jusqu’aux racines. L’été et le printemps suivant, il migre par la sève vers les feuilles.

Hervé This DR

Hervé This nous livre sa vision des choses:

Traiter ou non ?

Posted: 28 Feb 2014 08:04 AM PST

Il est questions, ces jours-ci, du procès d’un vigneron qui refuse de traiter ses vignes, et notre bon coeur à tous nous porte à soutenir l’homme, contre une administration qui serait tâtillonne.
Toutefois, avant de nous lancer dans la bataille, ne faut-il pas se renseigner un peu ?

Un de mes confrères vient d’émettre l’information suivante, que je crois utile de diffuser largement  :

La flavescence dorée est une maladie à phytoplasme très grave qui conduit à une perte de production, voire à la mort des vignes.
Elle est transmise par un unique vecteur qui est la cicadelle Scaphoideus littoralis.
Une vigne infectée ponctuellement peut toutefois se remettre si elle ne subit pas des injections renouvelées de la maladie par les multiples piqures du vecteur.
Fortes d’une longue et parfois douloureuse expérience, les autorités ont donc rendu le traitement (unique) obligatoire dans les régions où cette maladie menace. Un vigneron qui refuse de traiter constitue pour ses voisins un foyer naturel du vecteur qui peut devenir le point de départ de l’épidémie pour peu que sa vigne soit infectée ou que des cicadelles ayant acquis le phytoplasme ailleurs viennent se pérenniser dans son vignoble.
Par le passé, beaucoup de bios ont protesté contre les traitements imposés par l’administration (pyréthrinoïde) car ils craignaient de perdre leur label AB. Pour éviter ces conflits, la filière AB a fait autoriser, contre la cicadelle, les pyréthrines naturelles, qui sont régulièrement conseillées par l’ITAB. Cet insecticide est peu efficace, mais il permet à tout vigneron bio de se mettre en conformité avec la loi, même si le résultat sur Scaphoideus n’est pas garanti.
De très longue date, le même produit est abondamment utilisé sur les vignes bio pour lutter contre les différentes tordeuses de la grappe. De même que sur les fruits et les légumes en AB.
Et il est exact que, comme l’écrit le Monde que cet « cet insecticide n’est pas sélectif » ; qu’il « tue non seulement la cicadelle mais aussi la faune auxiliaire nécessaire aux équilibres naturels dans le vignoble »
Et Denis Thiery a aussi raison lorsqu’il explique que « Le Pyrevert, même s’il est d’origine naturelle, est nuisible pour l’environnement : c’est un neurotoxique qui peut affecter les insectes, mais aussi les oiseaux, les animaux, et même les viticulteurs selon les doses utilisées ».
Cela, on le sait depuis plus de 40 ans et aucun bio n’a jamais contesté l’emploi des pyréthrines.
Je juge sévèrement l’attitude de Giboulot qui relève d’un obscurantisme profond.
Aucun vigneron ne traite par plaisir.
Dans un tel cas, ne rien faire par idéologie alors que sa culture risque de disparaître, entrainant dans la galère tout son voisinage est une faute morale, et un tel vigneron ferait mieux de changer de métier. Bien pire encore est le cas des organisations qui le soutiennent, entrainant des citoyens ignorants de la réalité à manifester devant les tribunaux.
Désolé pour cette appréciation abrupte de la situation.
Jean-Louis BERNARD

LYON-SAVEURS

↑ Grab this Headline Animator

Lyon Saveurs michel.godet@gmail.com

Soyez cool, partagez cette information:

1 Commentaire

  1. « Aucun vigneron ne traite par plaisir » mais aucun vigneron ne souhaite polluer par arrêté préfectoral une terre qu’il a mis une vie entière à nettoyer de ses produits nocifs à la santé.
    Les firmes chimiques souhaitent reprendre du terrain sur le bio et augmenter leurs ventes de produits brevetés… il faut bien récupérer l’argent investit dans le lobbying! Qui est ce monsieur Jean-louis Bernard pour oser juger quelqu’un de cette façon ? ou par quel labo fournisseur de produits chimiques est-il payé ?

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *