La cuisine par Hervé THIS

La cuisine par Hervé THIS

THIS Hervé

La « cuisine », c’est un lieu, et aussi une activité de préparation des aliments. Car on ne répétera jamais assez que les « produits », en cuisine, sont les plats, et non les produits de l’agriculture, qui sont, eux, des ingrédients.

D’autre part, on gagnera à observer que cette activité de préparation des aliments n’est pas la stricte activité technique qui consiste à parer, laver, cuire, assembler, avec des opérations qui sont d’ailleurs proches de celles de la chimie. Non, la question est surtout de produire des aliments, c’est-à-dire des objets de culture, sains, loyaux, recevables, « bons » en un mot.

Et l’évocation du « bon » doit immédiatement conduire à considérer que le bon, c’est le beau à manger. Il y a une composante artistique essentielle dans l’activité culinaire, et l’on doit se demander si cette composante peut être explorée par l’activité scientifique.

De surcroît, le meilleur des plats n’est pas mangeable quand il nous est lancé à la figure : pour notre espèce éminemment sociale, il y a ce fait que l’aliment est un objet de relation. On ne mange pas avec n’importe qui, on ne manque pas ce que nous a préparé n’importe qui. Naguère, j’avais proposé de penser que « la cuisine, c’est de l’amour, de l’art, de la technique » (titre d’un de mes ouvrages), mais, bien sûr, le mot « amour » est une volonté, et, en réalité, on devrait dire « lien social », seulement.

Le mot « culture » doit être prononcé, aussi, dans cette même veine : les mets sont des produits de culture, qui changent avec l’époque ou le lieu. Nous mangeons en quelque sorte de la culture.

Tout cela étant dit, un soufflé n’est pas un soufflé s’il ne gonfle pas, et un rôti n’est pas mangeable s’il est trop cuit. La technique n’est pas rien, et, comme c’est la composante la plus simple à explorer, nous commencerons à le faire ici.

Hervé THIS

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *