La Bourgogne pense ses plaies vineuses… Soutenons la !

En cette période de canicule (il y a peu nous pleurions car nous avions froid !) quinze départements viennent subir des intempéries généralement pour le moins impressionnantes.

Parmi ces derniers, la Bourgogne n’a pas été épargnée le 23 juillet dernier et particulièrement son vignoble.

Lyon-saveurs vient donc de demander au BIVB de nous dresser un état de la situation que nous nous empressons de vous communiquer:

Communiqué du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne:

Aujourd’hui, nous pouvons dire que sur les 27 000 hectares de Bourgogne, 1 300 hectares ont été touchés de 10 à 90 %,

les principaux vignobles étant situés à Savigny-les-Beaune, Pommard, Volnay, Beaune, Meursault.

–          Voici les premiers chiffres que vous avons eu hier sur les pourcentages de vignes touchées :

Savigny-les-Beaune, dans l’un des 22 Climats classés en Premier Cru «Les Lavières»

Pommard :

Côté Pommard/Volnay : 50 à 70 %

Côté Pommard/Beaune : 70 à 90 % notamment les Premiers Crus

Volnay : 30 à 70 % y compris les Régionales

Monthélie : toute l’appellation touchée surtout au cœur du village et les Premiers Crus du dessus avec 20 à 50 % de dégâts même au Nord épargné d’habitude…

Beaune : 10 à 90 % selon les parcelles (Climats : Clos des Mouches 90 % ! Un des Climats emblématique de Beaune) mais toutes l’appellation est touchée.

Aloxe-Coton : 30 à 50 % notamment les Premiers Crus, là aussi toute l’appellation est touchée.

Meursault : au Nord côté Volnay 5 à 40 %  et au Sud côté Les Santenots environ 40 %

Il est tombé 50 millimètres d’eau en 20 minutes mardi après midi vers 16h00.

Savigny-les-Beaune, dans l’un des 22 Climats classés en Premier Cru «Les Lavières»

Des réunions vont s’organiser fin août et début septembre pour évoquer quelles seraient les moyens à mettre en œuvre pour lutter contre la grêle (financement, audit d’efficacité, quelles solutions collectives en terme d’assurance…) et pour voir quelles aides pourraient être apportées financièrement auprès des banques, de la MSA, régionales.

C’est en effet bien triste pour tous ces viticulteurs qui travaillent d’arrache pied toute l’année et qui ont vu en quelques minutes une partie voir la totalité de leur récolte dévastée.

Il nous serait agréable que vous mettiez dans la case ci-dessous intitulée Laissez parler votre imagination

que vous puissiez mettre un petit mot de soutien à nos amis viticulteurs bourguignons.

Michel Godet


Soyez cool, partagez cette information:


Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *