Francs-Mâchons: la chaîne s’enrichit de six nouveaux maillons !

Six nouveaux  temples gourmands et dignes d’éloges dans l’association des Francs-Mâchons de Lyon.!

« Le mâchon lyonnais est la messe matinale des vrais gones », proclamait le regretté Félix Benoit.  En ces temps troublés où l’hérésie du fast-food menace, où les intégristes des régimes minceur montent en chaire dans les média, les fidèles de la bonne chère n’ont pas pour autant perdu la foi. Bien au contraire, ils ne manquent pas une occasion de sacrifier régulièrement  à ce rituel gourmand où, sur les coups de 8 ou 9h du matin, on  se met à table pour communier avec dévotion sous les deux espèces, entre cochonnailles et cervelle de canut, entre pots de mâcon et de beaujolais.

Les six nouveaux récipiendaires intronisés Francs-Mâchons (©Pierre-Loïc Delfante Francs-Mâchons)

Gardiens du temple, les membres  Francs-Mâchons lyonnais prennent chaque année leur bâton de pèlerin pour sélectionner ceux qui sont dignes d’être reconnus comme des apôtres du jésus, des chevaliers de la rosette,  des prosélytes du gras-double ou du tablier de sapeur, des croisés  de la vraie quenelle et autres adorateurs de Saint-Marcellin…

Arrondissement béni, le 6è compte ainsi depuis quelques jours deux nouveaux lieux de culte dûment consacrés : « le Café du Peintre » où officie depuis deux ans déjà  Florence Périer, assistée par son fils Maxime Têtedoie, ainsi que « le Béranger » où l’on succombe sans vergogne au péché de gourmandise avec la bénédiction du patron Julien Barbet.  C’est  d’ailleurs à la mairie du 6è que s’est déroulée tout récemment la cérémonie de remise des diplômes aux nouveaux établissements désormais en odeur de sainteté chez les Francs-Mâchons; promotion qui outre les deux maisons déjà citées, compte  dans le grand Lyon « La Lozère« , sympathique bistrot  de Vénissieux repris par  Valério D’Angela et Chantal Dufour  où le chef Jacky Ravel propose des grenouilles qui ne sont pas de  bénitier.

S’aventurant avec abnégation hors des limites du diocèse, les Francs-Mâchons ont également accueilli dans leur communauté « le Pré du Plat » à Cercié, dans le Beaujolais et « le Caveau de Vinzelles », à Vinzelles dans le Mâconnais.   Par ailleurs, ils n’ont pas oublié dans leurs prières le frère Dominique Seigneurgent, dont le diplôme de 2009 a été modifié suite à son changement de paroisse. C’est à « la Fine Fourchette » à Villeurbanne qu’il  célèbre désormais son office.

Six nouveaux temples qui viennent compléter une longue liste d’établissements dignes d’éloges mâchonniques.

Jean-Jacques Billon pour Lyon Saveurs


La Lozère. 17, rue de la Lozère  69200 Vénissieux. 04 78 77 56 43

Le Béranger. 1, rue Béranger. 69006 Lyon. 04 78 52 38 68

La Fine Fourchette. 84, rue d’Alsace. 69100 Villeurbanne. 04 78 85 64 55

Le Pré du Plat. 35, Grande Rue. 69220 Cercié. 04 74 66 89 50

Le caveau de Vinzelles. 100, Terres Neyme 71680 Vinzelles. 03 85 35 61 10

Le Café du Peintre. 50, boulevard des Brotteaux. 69006 Lyon. 09 79 72 18 23

Le Café du peintre © JJ Billon lyon saveurs

Francs Mâchons : société philanthropique pour la défense et l’encouragement de  la tradition du mâchon, fondée en 1964.

Liste complète des restaurateurs diplômés sur le site  de la confrérie :www.francmachon.org

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *