Et si les vignerons défilaient dans les rues ?

Avec son accord, nous vous proposons l’éditorial de Benoit Escoffier. Bien entendu, c’est un éditorial qui l’engage et qui se rapporte au monde viti-vinicole en lien avec l’actualité de ces derniers jours.

L’éditorial:

Comment avons nous pu en arriver là ?

Comment les Français ont-ils pu devenir à ce point égoïstes, pour ne penser qu’à protéger leurs petits privilèges, et mettre la France par terre pour cela !

Et le pire est que 70% des Français soutiennent les grévistes.

Et le pire est que la justice donne raison aux grévistes qui bloquent la France, par esprit de contradiction avec le pouvoir en place.

Il paraît que la justice est sous la coupe de l’état ? Foutaise que tout cela !

Heureusement qu’il y a encore des personnes honnêtes, courageuses, pour qui le travail est un devoir comme un droit. A l’heure ou j’écris cet édito, j’ai avec moi 76 exposants sur le salon Vinomedia de NANTES CARQUEFOU qui ont bravé les barrages, les pénuries d’essence, les grévistes en colère et ont fait des centaines de kilomètres pour venir à la rencontre des NANTAIS et ils ont bien fait car il est indispensable de montrer que la France ne s’arrêtera pas de vivre parce que des excités n’ont rien compris à la vraie pénibilité du travail.

Taille
Vignobles Chaigne & Fils

Je les invite à venir partager pendant une semaine le travail des vignerons ou des agriculteurs d’une manière générale, et là, nous pourrons reparler de la pénibilté de leur propre travail.
En faisant descendre les jeunes dans la rue, le but était de montrer que le mouvement était intergénérationnel, que tout le monde était concerné. L’effet a été tout le contraire, mais le ridicule ne tue pas !

Appelons donc maintenant les maternelles à défiler et la boucle sera bouclée.

Benoit Escoffier  bescoffier@vinomedia.fr

www.vinomedia.fr

www.vinomedia.tv

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *