Deux poids, deux mesures. Loi Evin, oui, mais !

Deux poids, deux mesures ! Aujourd’hui, le prix des cigarettes vient d’augmenter de 6%.

Sachant que l’Etat souhaite ardemment la baisse de la consommation en France, pour une meilleure santé, et sachant que la consommation avait nettement diminué en 2003-2004 ou le prix avait subit une hausse de 34%, pourquoi n’augmenter que de 6% ?

6% vont permettre à l’Etat d’empocher 660 M € sans faire baisser la consommation, ce qui est important puisque l’Etat a besoin de ressources fiscales.

Conclusion : l’Etat gagne sur tous les tableaux sur un sujet qui provoque chaque année 60 000 décès !

Maintenant, parlons du vin: l’ANPAA, association gouvernementale financée par nos impôts, existe entre autre chose pour faire des procès à chaque producteur de vin, chaque interprofession ou chaque journaliste qui ne respectera pas scrupuleusement les termes de la loi Evin, sans tenir compte que cette loi remonte à plus de 20 ans, époque où internet n’existait qu’au stade embryonnaire.

Une fois d eplus nous reprenons l’éditorial de notre confrère Benoit Escoffier de vinomedia.tv qui pousse un coup de gueule en particulier sur la Loi Evin au regard de la presse et plus particulièrement de la presse Internet….

Et des procès, il y en a eu. La loi EVIN est nécessaire, et même indispensable, mais son interprétation laisse certaines fois à désirer si l’Etat peut en retirer un profit. L’Etat est passé en force pour les retraites, mais il ne veut pas se mettre à dos les fumeurs, les buralistes… Les vignerons étant moins nombreux que les fumeurs, on peut leur taper dessus, cela ne devrait pas faire trop de bruit.

Benoit Escoffier

bescoffier@vinomedia.fr

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *