Dernière minute: Le repas gastronomique des français reconnu au patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Le 5e Comité intergouvernemental des États parties à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, réuni à Nairobi au Kenya, a inscrit aujourd’hui « le repas gastronomique des français » sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Pour faire suite à notre dernier article sur ce sujet, la bonne nouvelle vient donc de tomber, en direct de Nairobi ce mardi. Le 16 novembre est donc à marquer d’une pierre blanche. Gourmande, s’entend !

A n’en pas douter la Sénatrice Catherine Dumas, qui a rendu en juillet dernier un important un rapport parlementaire sur « Les Arts Culinaires, Patrimoine Culturel de la France »  doit se réjouir de cette excellent nouvelle !

« Caractérisé par l’organisation d’un repas séquencé (entrées, plats, fromages, desserts), servi à table, avec une adéquation entre mets et vins d’une très grande diversité et un attachement à la présentation (arts de la table), le « repas gastronomique des Français » constitue un repère identitaire important et procure un sentiment de continuité et d’appartenance » insiste Catherine Dumas !


Communiqué commun des Ministres Bruno Lemaire et Frédéric Mitterand:

Le Président de la République avait annoncé le 23 février 2008, lors de l’inauguration du Salon international de l’Agriculture la candidature de la France auprès de l’Unesco pour voir sa gastronomie inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. En soutenant l’initiative de la mission française du patrimoine et des cultures alimentaires présidée par Jean-Robert PITTE, ancien Président de la Sorbonne, le Président de la République avait déclaré : « L’agriculture et les métiers qui la façonnent chaque jour sont à l’origine de la diversité gastronomique de notre pays ».

L’ensemble des départements ministériels concernés ont apporté leur soutien à cette candidature dont le dossier a été instruit par le ministère de la culture et de la communication.

Cette inscription au patrimoine immatériel de l’humanité implique la mise en oeuvre d’un certain nombre de mesures concrètes visant à assurer la préservation du repas gastronomique des français, notamment en matière d’accompagnement éducatif dans les écoles, de recensement des éléments constitutifs de ce patrimoine immatériel et de manifestations culturelles. Ces mesures sont intégrées dans le programme national pour l’alimentation présenté par le gouvernement en septembre 2010 et seront mises en oeuvre avec l’ensemble des partenaires institutionnels et privés concernés.

Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire, et Frédéric MITTERRAND, Ministre de la Culture et de la Communication, se félicitent de cette décision qui consacre la grande richesse du patrimoine alimentaire et culinaire français. Les deux ministères collaboreront étroitement, pour valoriser les produits alimentaires et les savoir-faire culinaires, encourager le tourisme gastronomique sur nos territoires, et développer la promotion du patrimoine alimentaire français à l’international.

Paul Bocuse et Georges Blanc à Montrevel-en-Bresse (Archives Michel Godet)

Je connais au moins deux chefs dans la région Rhône-Alpes qui vont se réjouir de cette excellent nouvelle. Eux qui, chaque jour, contribuent à réaliser le repas gastronomique des français ! Six étoiles à eux deux pour illuminer la gourmandise et la gastronomie rhônalpine….

MG

L’édito des frères Pourcel sur ce sujet:


Traité de table
La table française inscrite au patrimoine de l’humanité.

Cela fait bien longtemps que l’on parlait de cette possibilité. Les traditions ne se perpétuant plus seules, il est maintenant nécessaire d’officialiser pour conserver.
Le processus de mondialisation étant engagé irréversiblement, il est nécessaire de protéger nos singularités.
En France, la gastronomie n’est pas une simple affaire, c’est le moins que l’on puisse dire… Depuis la Renaissance, elle déchaîne les passions, attise les polémiques, et tout dirigeant se doit d’apparaître en protecteur des arts de la table.
De François Vatel à Antonin Carême, de Auguste Escoffier à Fernand Point, de Paul Bocuse à Alain Ducasse, notre gastronomie a marqué l’histoire de notre nation, source de fierté, elle est forcément savoureuse et le monde entier nous l’envie.
Alors événement ou simple reconnaissance sans lendemain, si cette inscription ne va pas bouleverser l’existence des chefs, elle va en tout cas marquer dans l’immortalité une de nos spécificités françaises.
C’est simplement réjouissant !

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *