De l’acide chlorhydrique dans les aliments ? by, Hervé This…

De l’acide chlorhydrique dans les aliments ?

Posted: 25 May 2019 07:31 AM PDT, by Hervé This

Parfois, certains s’étonnent que l’acide chlorhydrique puisse être accepté comme additif alimentaire, et ils font des tartines pour dénoncer ces produits. Et il est exact que même des chimistes qui n’ont pas assez réfléchi jugent une telle pratique incohérente. Pourtant, tentons de dépasser nos craintes animales, pour envisager la chose rationnellement.

Capture d’écran 2019-05-26 à 15.40.37

Je discute ici la question sans faire de différence entre les plats de l’industrie alimentaire ou les plats domestiques. Et je propose de considérer d’abord la question de principe avant les éventuelles d’application technique.
Il y a donc l’acide chlorhydrique : rien que le nom fait en quelque sorte frémir, car nous « savons » tous qu’il s’agit là d’un composé chimique que l’on trouve en droguerie, que c’est un acide, et pire, qu’il est  (ou semble être) extraordinairement corrosif.
Évidemment, il faudrait être insensé pour boire de l’acide chlorhydrique pur,  mais qui a jamais proposé de faire ainsi ?

Commençons par le commencement, à savoir s’interroger sur la nature de l’acide chlorhydrique : on l’obtient notamment dissolvant dans l’eau un gaz nommé chlorure d’hydrogène, que l’on forme par exemple en faisant réagir du dihydrogène (un gaz qui peut exploser quand il est en présence de dioxgène) et du dichlore (un gaz suffocant vert).
Quand on dissout beaucoup de chlorure d’hydrogène dans de l’eau, alors on obtient une solution extrêmement acide, qui peut instantannément attaquer du fer, par exemple.
On comprend donc bien il faut absolument éviter de boire de l’acide laquelle chlorhydrique concentré ou de mettre un tel acide dans les aliments.

Hervé This Labo

Hervé This – Photo DR

Mais imaginons que l’on prenne un peu de cet acide chlorhydrique concentré et qu’on lui ajoute de l’eau. Alors, l’acidité de la solution diluée d’acide chlorhydrique peut devenir très faible,  et mieux encore, elle peut devenir beaucoup plus faible que celle du jus de citron, ou même que du jus de framboise. 

L’acidité, c’est-à-dire en réalité la force chimique d’un acide, se mesure sur une échelle de 7 à 0 : 7 pour l’eau pure et 0 pour un produit extrêmement acide. Pour les vinaigre, cette acidité, ce « pH », atteint environ 2,  mais pour le jus de framboise aussi !

L’acidité de certains fruits n’est pas facilement perceptible au goût quand du sucre est présent.
Et c’est ainsi que l’on peut parfaitement diluer de l’acide chlorhydrique concentré pour obtenir une solution de pH égal à 2, qui ne paraîtra pas acide si du sucre a été ajouté.

Sera-t-il dangereux de consommer une telle préparation ? Avec de l’acide chlorhydrique pur, bien dilué, il n’y a pas de risque, mais tout tient en réalité dans le mot « pur ». Il est impératif, si l’on utilise de l’acide chlorhydrique en cuisine, que les inévitables impuretés présentes dans le produit initial ne soient pas toxiques, tels du cadmium ou du plomb, par exemple.

Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il existe des acides chlorhydriques de « qualité alimentaire », à savoir qu’ils ont été contrôlés et que l’on est certain que les inévitables impuretés présentes ne sont pas dangereuses.


Disposant donc d’acide chlorhydrique de qualité alimentaire, il reste à s’interroger sur les raisons qui pourrait nous conduire à l’utiliser en cuisine. 

Ici, il faut répondre qu’un acide est destiné à acidifier, et que cette procédure peut avoir différents objectifs.
Tout d’abord, les produits acides sont plutôt mieux protégés du développement contre le développement des micro-organismes pathogènes. D’autre part, l’acidification permet le caillage du lait, et c’est ainsi que l’on peut obtenir un caillé en ajoutant classiquement du jus de citron dans du lait chaud.
On peut vouloir aussi acidifier pour rectifier le goût et c’est ainsi que le jus de citron ou le vinaigre sont classiquement employés par les cuisiniers… mais si l’on a le jus de citron  ou le vinaigre, pourquoi recourir à de l’acide chlorhydrique ? Pour des raisons variées. Par exemple, on peut reprocher au jus de citron son goût citronné, ou au vinaigre le fait d’avoir détourné l’usage  du vin. Il peut y avoir aussi une raison monétaire, car l’acide chlorhydrique,  quand il est dilué correctement, coûte bien moins cher que du jus de citron ou du vinaigre.

Mais à ce stade, je m’arrête car mon devoir est fait. Il s’agissait de discuter de la possibilité d’utiliser de l’acide chlorhydrique en cuisine, et je n’ai pas me substituer à ceux qui en feront usage. Il fallait quand même dire clairement qu’il n’y a pas de raison de ne pas utiliser correctement l’acide chlorhydrique en cuisine, qu’il n’y a pas lieu de céder à des  peurs ou à des fantasmes.

Au fond, il en va de l’acide chlorhydrique comme des couteaux : on ne doit pas confondre le danger et le risque et, si l’on fait pas cette confusion, on se sera donc interrogé sur les conditions d’utilisation d’un outil ou d’un ingrédient… et on l’utilisera correctement.

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *