Concours des vins de Lyon. Un concours de plus ?

Après, entre autres, Paris et Mâcon, Lyon se dote d’un concours de vins, intitulé Concours des Vins de Lyon. Alors que certains se demandent s’il est opportun, voire de bon ton de créer un concours supplémentaire, les organisateurs ne manquent pas de remarquer que Lyon est la capitale de la gastronomie, implantée au cœur de plusieurs régions viticoles d’importance.

Philippe Lefebvre, le Pdt de l'association, et Victor Gomez préparent déjà le debriefing du Concours

« Il est donc normal que Lyon possède également son concours » insiste Victor Gomez, l’initiateur de ce rassemblement vineux. Et puis la capitale d’entre Rhône et Saône n’est-elle pas au cœur de l’œnotourisme pourrait ajouter Benoit Escoffier fondateur à Lyon du Silot, le premier salon international de l’œnotourisme ?

Un beau départ pour cette première édition du Concours des Vins de Lyon, avec 349 échantillons et 150 dégustateurs.

Le débat reste donc ouvert sur cette création supplémentaire et n’oublions-pas qu’en 1954 lorsque Mâcon a créé le sien, moins de 100 échantillons venant de l’hexagone étaient référencés, pour plus de 10 000 aujourd’hui !

Le premier concours s’est déroulé le samedi  3 avril (Veille de Pâques!), pour cause de disponibilité des différents acteurs avec quelques 1 500 échantillons et près de 150 dégustateurs. Une manifestation qui a noté la présence de Christophe Marguin, Président des Toques Blanches Lyonnaises et des Toques Blanches du Monde, de Maryse Allarousse, Meilleur sommelier de France, de Damien Gateau ou encore de Grégory Cuilleron, le jeune chef révélé par les émissions-concours de M6.

Christophe Marguin interviewé par France 3 Lyon

Les professionnels (œnologues, sommeliers, cavistes, restaurateurs, viticulteurs ou courtiers), mais aussi les amateurs avertis et passionnés ont donc dégusté à l’aveugle les « échantillons  en chaussette » pour les noter selon des critères bien établis dans ce genre de manifestations. Aspect général, visuel, olfactif, gustatif, longueur en bouche ou encore couleur de la robe.

Damien Gateau et deux autres dégustateurs zélés dans la dernière ligne droite (?) du concours ...

Chaque table comportant au moins un amateur afin de recentrer la notation sur les attentes des consommateurs, au quotidien.

Grégory Cuilleron (à droite) en pleine dégustation et toujours souriant !

Pour la circonstance le jury s’est réuni à la Cité internationale de Lyon dans une vaste salle à laquelle on pourrait cependant reprocher un éclairage irrégulier pour ce type de manifestation. Mirer la robe d’un vin blanc sur fond de briques rouges ou à contre jour n’est pas toujours idéal.

Côté notation, sur les 1408 vins présentés, 349 ont obtenu une médaille (118 médailles d’Or, 134 médailles d’argent et 97 médailles de Bronze), soit un taux de réussite de près de 25%. Un regret à ce sujet, une fois les chaussettes enlevées on s’est aperçu à plusieurs reprises du nombre conséquent d’échantillons envoyés par certaines caves. Il y a sans doute une modification à apporter sur ce point du règlement, car si sur 20 flacons d’Alsace (Deuxséries11 proviennent de la même cave, certes avec des cuvées différentes, le jeu semble faussé à notre avis. L’idéal pouvant venir des différents syndicats ou associations qui pourraient opérer une pré-sélection limitative en quantité, comme en qualité.

Sur une table de dégustation de deux séries de vins (20 échantillons), 11 proviennent de la même cave. Attention !

N’oublions pas qu’in fine les bouteilles récompensées pourront arborer une étiquette médaillée, un label donc qui ne doit en aucune manière être dévoyé s’il veut conserver toutes ses qualités de garantie. Mais Paris ne s’est pas fait en un jour.

Pour sa première édition, quelques partenaires avaient apportés leur caution morale pour ne citer que la Ville de Lyon, le Département du Rhône, Les Toques Blanches Lyonnaises, l’Association des Sommeliers de Lyon, le Lycée Viticole de Bel Air, 1001degustations.com et Metro cash and Carry qui a offert le buffet.

Images saisies au vol pendant la dégustation.

On attend donc la seconde édition qui ne manquera pas de s’affiner pour s’affirmer, tout en louant l’initiative de l’association du Concours international pour des Vins de Lyon et de ses organisateurs, en attendant une participation plus active des différents acteurs locaux, comme de la filière.

Michel Godet

PS: Cet article est également à la Une de Lyon-saveurs : Page d’accueil de Lyon-Saveurs sur laquelle vous pourrez regarder le reportage réalisé par France 3 Lyon.

Les résultats:               Les 349 médailles

Le site de l’association:  www.concourslyon.com

Le site de l’Association des Sommeliers de Lyon et Rhône-Alpes,

présidée par Fabrice Sommier (MOF et Sommelier du groupe Georges Blanc): http://aslera.blogspot.com



Pour retourner sur le site de Lyon-Saveurs : Cliquez ici



Pour vous abonner gratuitement, entrez votre adresse mail ci-dessous:

Vérifié par Lyon-Saveurs.fr

Rétroliens/Pings

  1. Concours des vins de Lyon: décollage de la seconde édition ce samedi 2 avril : LYON SAVEURS - [...] Clic ici pour relire l’article sur la première édition 2010 [...]

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *