Comment rater une mayonnaise, by Hervé This !

Comment rater une mayonnaise

Posted: 29 Aug 2018 11:22 PM PDT

 Comment rater une mayonnaise ? Souvent, l’analyse des échecs est fructueuse parce que, a contrario, elle permet d’identifier les bons gestes. Quand on suit un protocole moderne, pour la confection d’une mayonnaise,  il est rare que la sauce tourne. Mais on peut se forcer une fois, en sachant toutefois qu’on pourra la rattraper ensuite.

Partons donc des ingrédients de rigueur, à savoir un jaune d’ œuf et du vinaigre. Combien ? Disons pour simplifier un volume de vinaigre environ égal à celui du jaune d’ œuf. Pas de moutarde, sans quoi nous ferions une rémoulade et non pas une mayonnaise.
Nous avons donc le vinaigre et jaune d’ œuf dans un bol, et à l’aide d’une fourchette ou d’un petit fouet, nous mélangeons les deux ingrédients. Là, aucun risque. Mais prenons quand même soin de bien mélanger les deux ingrédients, jusqu’à une apparence homogène du mélange.

Capture d’écran 2018-08-30 à 15.59.54
Ajoutons maintenant d’un coup une grande quantité d’huile, par exemple dix fois plus que le volume total du jaune d’ œuf et du vinaigre, et fouettons : c’est la catastrophe, puisque le fouet ne parvient pas à disperser le mélange de jaune d’ œuf et de vinaigre dans l’huile. Plus exactement, il y parvient, mais on a une structure très hétérogène à l’oeil nu,  avec des parties visible d’une phase dans l’autre phase.
Ce qu’il faut savoir pour interpréter ce phénomène, c’est que les composés actif pour faire les « émulsions » telles que les mayonnaises, dans le jaune d’oeuf, assurent bien la présence d’huile dans l’eau, et non pas d’eau dans l’huile, comme dans cette première expérience. D’huile ? Oui, l’huile que l’on a ajoutée. Mais d’eau ? D’où vient-elle ? Le jaune d’oeuf d’est composé de 50 pour cent d’eau, et le vinaigre de  90 pour cent. Mélanger le vinaigre et le jaune d’oeuf, c’est mélanger de l’eau à de l’eau, comme dans un mélange de sirop de sucre et de saumure : l’eau se mélange à l’eau, emportant les composés qui y sont dissous.  Quand la quantité d’huile est supérieure à la quantité d’eau, alors la dispersion se fait, comme on le voit, mais ne parvient pas à faire une émulsion homogène à l’oeil nu, et elle est très instable :   on voit bientôt l’eau tomber au fond du bol, et l’huile venir surnager.

On comprend a contrario, d’un même coup,  la méthode qui permet de  rattraper la mayonnaise tournée et la méthode qui permet de  réussir une mayonnaise.

Tout d’abord, pour rattraper la mayonnaise tournée : il faut attendre que l' »eau » sédimente et que l’huile surnage : on récupère l’huile en décantant, et on l’ajoute à nouveau, comme si l’on commençait une nouvelle mayonnaise.

Pour réussir, cette fois ? Il faut ajouter l’huile par petite quantité dans l’eau afin que le fouet disperse l’huile dans l’eau au lieu de disperser l’eau dans l’huile. Le travail du fouet doit être vigoureux, pour que l’on obtienne une bonne émulsion, suffisamment stable parce que formée de très nombreuses gouttelettes très petites, si petites que le système complet est apparemment homogène, disons homogène à l’oeil nu.

On obtient alors un système beaucoup plus stable que le précédent :  celui d’une émulsion qui a quelque chance de tenir pendant les temps habituel de consommation.
Ajoutons alors encore de l’huile, petite quantité par petite quantité, toujours en fouettant afin de diviser l’huile en petites gouttes qui viennent s’accumuler, et l’on obtient finalement une émulsion bien ferme.

Gardons de toute cette analyse la règle principale  : pour réussir une sauce mayonnaise, ou une autre émulsion analogue, il faut ajouter l’huile par petites quantités et fouetter énergiquement de telle façon à chaque ajout l’homogénéité apparente, à l’oeil nu, soit assurée.

This Hervé

Hervé This – Photo DR

Hervé This

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *