CINEMA: « YESTERDAY » : UN MONDE SANS BEATLES !

« YESTERDAY » : UN MONDE SANS BEATLES !

Danny Boyle magnifie l’histoire très  originale d’un musicien anglais, se réveillant après un accident dans un monde où il est seul à connaître les chansons des Beatles. 
S’égarer dans les couloirs du temps ….
Pas sous l’effet d’une potion magique comme dans « Les Visiteurs » mais suite à un accident de vélo, consécutif à une panne mondiale géante d’électricité !
Capture d’écran 2019-06-26 à 10.25.34
Un drôle de scénario que ce film « Yesterday », des cinéastes Danny Boyle  ( « Trainspotting » et « Slumdog Millionnaire ») et Richard Curtis (« Coup de Foudre à Noting Hill »et « Quatre Mariages et un enterrement »), imaginant un monde amputé des Beatles. Comme dans « Jean-Philippe » (2001), film où Fabrice Lucchini était téléporté dans un monde parallèle où Johnny Hallyday n’existait pas.. ..
 Toutes les lumières du monde s’éteignent, Jack Malik  (Himesh Patel), chanteur-compositeur, « looser absolu » dans une petite ville anglaise de bord de mer, est renversé par un bus.
Black-out total !
À son réveil, deux de ses dents ont disparu, exit aussi les Beatles, avec « néant » comme résultat d’une recherche musicale sur Google !
Sa meilleure amie Ellie  (Lily James), soutien sans faille, lui offre une guitare acoustique. Elle a une confiance inébranlable dans le potentiel de Jack.
Elle a raison car il inaugure sa guitare en entonnant « Yesterday » ! Personne s’en souvient ou plutôt personne connaît. …Comme la totalité des titres  des Beatles (27 sont dans le film) !
Ce n’est donc  pas un plagiat mais une création spontanée et sublime…
De quoi en faire une star dont la renommée va menacer sa relation avec Ellie, la seule personne qui a cru en lui..
Soit il suit les plans de son agent Debra (Kate Mckinnon), pour une nouvelle vie de star, soit il reste scotché sur la route difficile de l’amour. « All your need is love », pas la renommée et la fortune !
 Capture d’écran 2019-06-26 à 10.32.24
             –
Une comédie romantique 
À quoi bon être célèbre si on n’est pas heureux ?
Ce choix délicat entre deux vies apparaît comme un dilemme, véritable thème du film.
Et finalement ce voyage en mode « remontée du temps » dans un autre monde sans Beatles n’est qu’un prétexte.
Notre duo de cinéastes a opté pour le genre d’un film musical fantastique traité sous la forme d’une comédie romantique et déjantée ou Ed Sharan fait une apparition.
Un film-événement !
QOL
En salle le 3 juillet 2019
Capture d’écran 2019-06-26 à 10.31.44

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *