CINEMA: « THE GENTLEMEN » : Gangsters londaniens et loufoques !

« THE GENTLEMEN » : GANGSTERS LONDONIENS ET LOUFOQUES !
Guy Ritchie revient chez les canailles après une incursion très réussie dans les blockbusters avec « Alladin ». 
Capture d'écran 2020-02-05 09.49.12

Avec « The Gentlemen », Guy Ritchie marque un retour à ses fondamentaux.

Ceux des comédies criminelles (« Snatch ») qui ont fait son succès il y une vingtaine d’années.
Après des cartons dans les blockbusters (« Alladin »), Guy Ritchie revient chez les gangsters londoniens qu’il affectionne.
« The Gentlemen » est une histoire contemporaine (smartphones et réseaux sociaux participent à l’intrigue) avec l’esprit des 90’s.
Un baron de la drogue britannique fait savoir que son empire du cannabis est à vendre. Un business florissant qui ne manque pas d’intéresser rapidement des concurrents. Conspirations, magouilles et embrouilles sont au programme des voyous qui veulent récupérer le gros lot.
Capture d'écran 2020-02-05 09.51.42
Ils peuplent une galerie de personnages « à l’ancienne »  aussi tarés qu’attachants. Mais pas des enfants de coeur : « Dans la jungle le Lion ne survit pas en se comportant comme un roi ! ». Guy
Ritchie donne un rythme effréné à son film, sublime la ville de Londres et développe une histoire à tiroirs. Dès les premières images, séquence choc avec saut dans le temps (du film) nous plongeant dans un pub où l’on découvre Mickey Pearson (Matthew McConaughey) qui se fait exécuter…
Fletcher (Hugh Grant, en journaliste inquiétant et crapuleux), » nous en apprendra davantage en tentant de faire chanter Raymond (Charlie Hunnam), l’homme à tout faire de Pearson.
Les protagonistes véreux, souvent loufoques, ont chacun leur champ de vision ! Violent, stupide parfois drôle.
Capture d'écran 2020-02-05 09.49.58
                  British et explosif
Guy Ritchie transcende un univers poisseux où les voyoux et leurs comparses pourraient évoluer en division « Pulp Fiction ».
Il revigore le genre « film de gangsters » en multipliant les voix off, les arrêts sur image, les flashback ou les flashforward. Il joue avec les séquences choc qui soulignent les trahisons. Et privilégie les dialogues incisifs.
On aime ces « Gentlemen »  stylés au scénario bien léché et palpitant, avec un casting 5 étoiles, une B.O très soignée, une réalisation irréprochable et …last but not least… un humour british qui fait mouche.
QOL

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *