CINEMA: « EUFORIA » : Quand la maladie rapproche deux frangins !

« EUFORIA » : QUAND LA MALADIE RAPPROCHE DEUX FRANGINS !

Deux frères éloignés voient leurs certitudes vaciller face à la maladie et se découvrent un lien très étroit.

Capture d’écran 2019-02-07 à 20.46.34
L’italienne Valeria Golino a joué dans plus de 70 films.
De l’autre  côté de la caméra, elle s’intéresse désormais aux fins de vie ! Elle aidait les malades à mourir dans « Miele ».
Dans « Euphoria » son 2ème film,  elle met en scène deux frères que la maladie va rapprocher.
Scénario tragique, parfois drôle,  jamais plaintif. Matteo (Ricardo Scarmacio) oeuvre dans l’événementiel et s’agite  sous les projecteurs ! Il jouit de sa réussite sociale et vit en surmultipliée. Fêtes, sexe, alcool et cocaïne. Il est friand d’arts, de femmes et d’hommes, bien loin de son milieu bourgeois.
Son frère Ettore ( Valerio Mastandrea) est son exact contraire. Provincial, taiseux, petit professeur marié, mélancolique mais sans problème apparent, il n’a jamais quitté sa ville natale.
Matteo apprend  que son frère  Ettore est atteint d’une tumeur au cerveau et que ses jours sont comptés. Une nouvelle relation entre frangins s’instaure.
Le roi du paraître, l’extraverti, accueille son frère malade, l’introverti, chez lui à Rome, pour faciliter ses soins. Le reste de leur famille ignore cette grave affection. Leur relation distante se transforme en une nouvelle communion.
 » Et sI tu n’existais pas ….Dis moi pourquoi j’existerais. .. » rappelle la bande-son ( chanson de Joe Dassin).
Ils révèlent ce qu’ils sont réellement. Jettent au panier leurs certitudes.
« Euforia » devient une histoire d’amour entre  deux frères, bourrés de faux-semblants, que tout oppose.
Capture d’écran 2019-02-07 à 20.46.22
Catharsis
 Valeria Golino met en évidence le côté révélateur de la maladie.
On découvre comment les frères assument leurs faiblesses et leurs vices, font tomber pudeurs et tartufferies pour retrouver les valeurs de la fraternité.
Dès lors l’incertitude et la peur de la mort ramènent les deux protagonistes à leur enfance.
Une vraie catharsis. Le duo est magnifié à coup de plans serrés.
Le masque de la maladie et les cernes de l’un contrastent avec la déco high-tech et arty de l’appartement-terrasse de l’autre !  On anticipe l’adieu final…
Et quel épatant duo d’acteurs !
Capture d’écran 2019-02-07 à 20.47.17

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *