Chronique cinéma: « LE GRAND BAIN »

Chères lectrices et chers lecteurs de Lyon-Saveurs.fr
Nous avons le plaisir de vous annoncer la création d’une rubrique cinéma dès cette fin octobre 2018.
La première chronique porte sur le film:
« LE GRAND BAIN » : LA RÉDEMPTION PAR LE SPORT !
 
Une improbable équipe de quadras redonne un sens à sa vie grâce à la natation synchronisée.
On a tous vu lors des JO, des images de natation synchronisée. Et ses nageuses qui se ressemblent toutes avec leurs chignons gélatineux et leurs corps paraffinés. Comme si elles étaient dédoublées parfaitement.
Tout à la fois nageuses, gymnastes et danseuses ! Mais cette discipline sportive est exclusivement féminine.
Les hommes en sont privés sauf dans le génial scénario du film « Le Grand Bain » , le 3ème de Gilles Lellouche.  » Je voulais parler du sport amateur. Parce que ça m’a toujours fasciné, ces gens qui se lèvent à 7 heures du matin en plein hiver pour aller faire un foot… » .
Alors  pour se mettre à l’eau ! Gilles Lellouche a mis en scène une équipe de natation synchronisée… masculine. Dans « Le Grand Bain » et en caleçons, on retrouve Philippe Katerine, Benoit Poelvoorde, Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Jean-Hugues Anglade…  copains dans  le film comme dans la vie, quadras et quinquas atypiques, bourrés de problèmes qui vont les réunir et même les transcender.
Comme des noyés, ils vont s’agripper et sortir la tête de l’eau ….Au sens propre comme au sens figuré.
Notre équipe bancale mais solidaire va même réussir à  participer aux (fictifs) championnats du monde de la spécialité.
Capture d’écran 2018-10-10 à 18.33.29

Du sens à leur vie 

Vous allez aimer cette aventure réglée comme un ballet aquatique. Grâce au duo d’entraineuses, deux ex-compétitrices professionnelles, brillamment  interprétées par Virginie Efira et Leila Bekhti.
Un coaching impitoyable : « la volonté, la grâce, une grande hygiène de vie, tu t’en sens capable ? ». 
Ses héros plutôt déprimés sont magnifiques. Philippe Katerine le poète, Jean-Hugues Anglade qui rêve d’être Bowie, Benoît Poelvoorde, le vendeur- looser de piscines, Mathieu Amalric dépressif, Guillaume Canet en patron aigri .
Ils vont faire des longueurs, oubliant leur vulnérabilité et leur difficulté à vivre, malgré les bières, les joints et…leurs  bedaines.
Ensemble, à force d’entraînements, lls vont insuffler un vrai sens à leur vie. Que du bonheur avec cette comédie familiale et sociale.
QOL
 Capture d’écran 2018-10-10 à 18.35.23
 
 

 

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *